Qui peut racheter Club Internet ?

Qui peut racheter Club Internet ?

Parmi tous ces prétendants, un seul joue sa survie, il s’agit d’Alice, qui voit là sa dernière chance pour acquérir la taille critique lui permettant de rester dans la course, faute de quoi, selon Exane, la filiale française de l’italien deviendrait la prochaine cible de Neuf Cegetel.

Contrairement à Alice, Free lui n’a pas besoin de ce rachat, les abonnements n’ont jamais été aussi bons et il parvient à surpasser Neuf Telecom alors que ce dernier a racheté Cegetel et AOL. De plus, Free a annoncé de gros investissements dans la fibre optique et se dit intéressé par la 4eme licence UMTS. A l’évidence, son ambition est bien de grossir par croissance interne et non par le rachat de concurrents. Se poserait également le problème du financement, et on imagine mal Free payer cette acquisition par échange d’action, ce qui diluerait la part de ses dirigeants et risquerait de leur faire perdre le contrôle de l’entreprise.

Le plus probable reste Neuf Cegetel, tout d’abord parce que par le passé, l’entreprise a montré qu’élle était très active dans le rachat de ses concurrents, et surtout parce que son actionnaire majoritaire, SFR, s’y est montré favorable. De plus, dans le passé, Neuf Cegetel avait souligné que son niveau d’endettement lui permettrait de payer en cash des acquisitions de cet ordre.

Dernier point, mais qui semble important, l’intégration des abonnés Club Internet risque d’être compliquée. Jusqu’à présent, les autres FAI vendus étaient morts de leur manque d’innovation, en particulier sur la partie TV, leurs abonnés avaient donc tout à gagner puisqu’ils pouvaient ainsi bénéficier des avancés technologiques du repreneur. Pour Club internet, c’est différent, puisque sa plateforme de TV par ADSL est une des plus réputées et des plus abouties du secteur. Il risque donc d’y avoir quelques grognements de la part des abonnés à Club Internet, si on leur propose une offre moins évoluée.

Sources partielles : Les Echos