Succession Bouygues : “Martin dit qu’il ne restera pas jusqu’à 70 ans”

Succession Bouygues : “Martin dit qu’il ne restera pas jusqu’à 70 ans”

Si tout l’imbroglio autour de l’annonce erronée du décès de Martin Bouygues a permis de faire une réflexion sur la rapidité et la fiabilité de la communication des informations journalistiques, l’événement soulève aussi une question de fond. Qui pourrait succéder à Martin Bouygues à la tête du groupe ?

La question n’a rien d’opportuniste en soit. Comme nous l’apprend BFMBusiness, des règles internes au groupe fixent une limite d’âge de 70 ans pour les postes de président et de directeur général ; et Martin Bouygues va souffler ses 63 bougies le 3 mai prochain. Ce qui, logiquement devrait lui laisser encore au moins 7 années de règne, jusqu’en 2022. Mais « Martin dit qu’il ne restera pas jusqu’à 70 ans », indique un proche à BFM.

Pourtant, c’était en 2012 que le PDG du groupe annonçait au Journal du Dimanche que sa succession serait réglée « d’ici à cinq ans », soit printemps 2017. Mais là encore « Martin répond que sa succession sera réglée d’ici 3 à 5 ans » indique une nouvelle fois un proche. Pour l’instant, aucune information ou petit bout de rumeur ne permet d’imaginer une piste, et l’équation familiale est très réduite : Martin Bouygues a trois enfants, Edward, William et Charlotte. L’ainée n’ayant que 31 ans, la question ne se pose pas. Egalement, la fratrie Martin Bouygues compte aussi deux frères et une sœur, mais qui sont plus âgées que lui.

« Je ne suis pas pour le népotisme » avait-il alors indiqué. Mais on connaît bien le fonctionnement rigoureusement traditionnel du groupe Bouygues, au travers de l’ordre des compagnons du Minorange fondé par Francis Bouygues. « Ici, on est promu à l’ancienneté » explique un dirigeant, qui rappelle que tous les membres du comité exécutif du groupe ont au moins 20 ans d’ancienneté.

Mais après rapide analyse des hauts-dignitaires du groupe, il apparaît que le plus jeune n’est autre qu’Olivier Roussat, du haut de ses 51 ans. Il est PDG de Bouygues Telecom, mais n’a travaillé dans aucune autre activité du groupe.

Devant cette énigme, le porte-parole du groupe, interrogé par BFM, a répondu que : « tout est prévu par le conseil d’administration ». Pas d’inquiétudes à avoir donc.