L’UFC que Choisir dénonce l’augmentation de la ligne téléphonique fixe par Orange à partir du 24 mars

L’UFC que Choisir dénonce l’augmentation de la ligne téléphonique fixe par Orange à partir du 24 mars
 
Ce mardi, l’UFC Que Choisir était en rogne et à dénoncé l’augmentation du prix de l’abonnement téléphonique fixe. Il concerne les abonnés ayant choisis de rester en dégroupage partiel, c’est à dire ayant décidé de conserver leur ligne téléphonique Orange (anciennement France Télécom).
 
Selon l’UFC Que Choisir, cette augmentation concernerait 41 % des foyers français et dénonce une augmentation forcée pour tous les abonnés qui ne sont pas éligibles au dégroupage total : "ils n’auront pas d’autre choix que d’accepter cette hausse s’ils veulent continuer à téléphoner." Parmi les clients touchés on retrouve "principalement des personnes âgées qui n’ont pas de box Internet à leur domicile ou bien les habitants de zones reculées" témoigne l’UFC Que Choisir. 
 
Le nouveau tarif de 16,96 € par mois à 17,96 € par mois qui entrera en vigueur à partir du 24 mars a néanmoins été validé par le régulateur des télécoms mi-decembre. De son côté Orange a justifié cette hause en expliquant que le nombre d’abonné à son service de téléphonie fixe décroit. En effet le nombre d’abonnés à un seul service RTC fond de trimestre en trimestre ne laissant de plus en plus que ceux qui n’ont pas le choix que de le conserver. 
 
L’UFC Que Choisir note néanmoins " deux bonnes nouvelles" : l’association de consommateur relève ainsi que "l’abonnement social, lui, ne bouge pas" et reste maintenu à 6.49 € par mois. Elle note également une baisse de tarif pour "les prix des appels de base entre les DOM et la métropole ainsi qu’entre les DOM seront alignés sur le tarif local métropolitain. Il n’y aura donc plus de différence entre métropole et départements d’outre-mer en matière de tarif des communications de base. Les clients téléphonie fixe d’Orange verront aussi baisser le prix de leurs appels vers les téléphones fixes en Europe."
 
Pour l’UFC que Choisir ces "bonnes nouvelles ne concernent toutefois qu’une frange restreinte de la population."