Les opérateurs tunisiens sont bien à l’origine de l’augmentation annoncée par Free Mobile

Les opérateurs tunisiens sont bien à l’origine de l’augmentation annoncée par Free Mobile

Il y a deux semaines, Free contactait ses abonnés pour les avertir d’un changement tarifaire concernant le roaming en Tunisie.

Les tarifs explosaient s’en retrouvant multipliés par 7 ou 9 selon que cela concerne les appels ou la consommation de data depuis la Tunisie avec un forfait Free Mobile. Ainsi la minute d’appel depuis la Tunisie vers la France passait de 0.95 € à 6,00€. L’opérateur mettait clairement en cause les opérateurs tunisiens pour justifier cette hausse astronomique.
 
Suite à cette annonce, c’est un site tunisien spécialisé dans les fournisseurs d’accès à internet tunisien qui démentait les informations livrées par Free Mobile. Une "source bien informée chez les trois opérateurs" tunisiens démentait toute hausse programmée pour les prochains mois, rejetant ainsi la faute sur les opérateurs français.
 
Mais selon nos confrères de Zdnet, les opérateurs Tunisie Télécom, Ooredoo et orange Tunisie seraient bien à l’origine de cette hausse tarifaire chez Free Mobile.
 
Ces derniers auraient dénoncé en bloc leurs contrats "IOT Discount" deux mois avant leur échéance, permettant d’appliquer des remises tarifaires conséquentes entre un opérateur tunisien et un opérateur français. La dénonciation de cette remise oblige ainsi Free Mobile à pratiquer les tarifs standards lesquels sont 3 à 9 fois supérieurs.
 
Un source proche du dossier, interrogée par nos confrères, indique que l’Etat tunisien serait également mis en cause. La fin de cette remise aux opérateurs français trouverait son origine dans une injonction de l’Etat tunisien qui, pour palier à la baisse des revenus du tourisme dans le pays, ont décidé d’augmenter les prix du roaming.
 
SFR et Bouygues seraient également concernés et auraient également reçus des courriers de dénonciation de la remise IOT. Pourtant aucun d’entre eux n’a encore annoncé de hausse tarifaire. Ces derniers bénéficiant majoritairement de clients engagés, les deux opérateurs craignant une résiliation sans frais de leurs contrats préfèreraient attendre la fin des fêtes de fin d’année pour annoncer un changement tarifaire.