La fusion SFR-Numericable chamboule le Plan France Très Haut Débit, pour le meilleur et pour le pire.

La fusion SFR-Numericable chamboule le Plan France Très Haut Débit, pour le meilleur et pour le pire.

La fusion entre Numericable, spécialiste du câble, et SFR, ayant pris des engagements forts avec Orange sur le FTTH, chamboule quelque peu les plans du gouvernement en matière de déploiement du très haut débit sur l’ensemble du territoire d’ici 2022.

Jusque-là, SFR et Orange s’étaient presque partagés le gâteau, en se mettant d’accord, fin 2011, sur les zones de déploiement de chacun. Près de 3 000 communes et 10 millions de foyers étaient concernés par cet accord qui prévoyait un déploiement presque logique évitant en dehors des zones très denses, les doublons.
 
Avec le rachat de la marque au Carré Rouge par Numericable, le fournisseur de très haut débit par câble coaxial ne semble pas très intéressé par reprendre les engagements de SFR tels quels, privilégiant la technologie câble lorsque cette dernière est déjà installée, même dans les zones où SFR s’était déjà engagé à déployer. Il y aurait déjà 600 000 prises câbles dans les régions ou SFR devait déployer la fibre. Ce retrait représenterait plusieurs centaines de millions d’euros d’investissement.
 
En revanche, pour Patrick Drahi, si, respecter les engagements de SFR ne semble pas dans ses plans, sa proposition pourrait accélérer le chantier du très haut débit dans un autre domaine, les zones les moins denses. Installer le câble dans ces zones les plus reculées permettrait de donner aux abonnés du très haut débit entre 30 et 200 Mbits dans les zones souvent mal loties en débit internet. L’obligation d’ouverture du réseau de Numericable à ses concurrents permettrait également à ces foyers de pouvoir profiter de l’offre de différents opérateurs.
 
De la même manière, Numericable s’est également engagé à "ne pas s’opposer au déploiement de la fibre par Orange dans les zones antérieurement réservées à SFR." Si cette situation réclame un effort supplémentaire, elle pourrait pousser Free et Bouygues, plus en retrait dans les déploiements à se saisir du sujet et co-investir avec Orange. De son côté l’opérateur historique, a, selon Les Echos, envoyé une lettre au gouvernement pour lui déclarer ses intentions d’accélérer les déploiements FTTH. Il avait déjà prévu d’investir 2,5 milliards d’euros sur 5 ans dans la fibre, ce montant devrait donc être revu à la hausse.
 
Les négociations entre SFR-Numericable et Orange pour la nouvelle répartition du territoire devront néanmoins redémarrer après le 27 novembre date à laquelle la fusion des deux opérateurs sera définitivement entérinée.
 
Source : Les Echos