Pour Didier Casas (Bouygues Télécom), le “quadruple play a des aspects anticoncurrentiels”

Pour Didier Casas (Bouygues Télécom), le “quadruple play a des aspects anticoncurrentiels”
Invité sur la table ronde concernant "l’impact des évolutions technologiques sur les usages et les besoins" pendant le colloque de l’ARCEP sur la "Grande Convergence", Didier Casas, secrétaire général et porte-parole de Bouygues Télécom, se targue d’avoir été le premier opérateur français à lancer une offre quadruple-play intégrant un forfait mobile dans ses offres fixes.
 
Néanmoins, Didier Casas estime que les offres quadruple-play ont aussi des effets néfastes. Pour le porte-parole de Bouygues Télécom "il faudra lancer la réflexion autour de l’aspect anticoncurrentiel des offres quadruple play, par le biais de subvention croisées, visant à lessiver un des deux segments de marchés au profit de l’autre."
 
Difficile de ne pas voir par cette intervention une attaque sur le forfait à 0€ de Free Mobile proposée aux abonnés Freebox. On pourrait également y voir cette même stratégie dans l’offre fixe à 19,99 € de Bouygues Télécom. On peut néanmoins reconnaître à Didier Casas d’avoir ouvert le débat sur le sujet.
 
Malgré tout, Didier Casas ne nie pas que la convergence fixe/mobile, sur les différents supports, et entre les différents services, répond à la demande des utilisateurs : "ce que demande nos consommateurs c’est de pouvoir commencer à regarder une série, arrêter et reprendre plus tard, notre réflexion est de dire que nous devions donner accès à ces nouveaux contenus et ces nouveaux usages."
 
C’est pour cette raison que Didier Casas déclare être le premier opérateur à avoir annoncé l’arrivée de Netflix sur ses boxs. Le porte-parole de Bouygues Télécom en profite pour glisser un petit tacle à son concurrent SFR : "nous avons été les premiers à annoncer l’arrivée de Netflix sur l’intégralité de nos boxs et pas sur une petite partie comme on a pu l’entendre hier avec un opérateur qui annonçait avoir devancé tout le monde."
 
Pour lui les acteurs OTT sont les champions de la convergences entre les différents supports. Il pose néanmoins la question de la "fragmentation du droit d’auteur" et la nécessité pour les opérateurs de négocier avec les ayant droits sur chacun des usages prévus par les dispositifs de "multi-écrans", quand des OTT n’ont pas les mêmes contraintes.
 
A l’instar d’Orange qui annonçait travailler sur un "Netflix à la française" avec certains de ses partenaires, Didier Casas annonce également que Bouygues Télécom a en réserve "toute une série de partenariat du même genre."