Baisse des prix : pour Stéphane Richard, “on arrive au bout des possibilités”

Baisse des prix : pour Stéphane Richard, “on arrive au bout des possibilités”
Deux ans et demi après l’arrivée de Free Mobile, Stéphane Richard revient sur la guerre des prix qui sévit sur le mobile. Pour lui, "c’est clair que l’arrivée du quatrième opérateur a beaucoup accéléré le phénomène, l’a rendu beaucoup plus brutal." Il estime néanmoins que la baisse des prix est un phénomène "que l’on observe au niveau européen, y compris dans les pays où il n’y a pas monsieur Niel."
 
Pour lui, c’est la "fin d’un cycle où la baisse des prix devait intervenir" même s’il s’attendait à ce qu’elle soit moins forte et moins vite. Orange a profité de l’arrivée du quatrième opérateur en accueillant Free en itinérance sur son réseau moyennant finance. Si en janvier 2013, Stéphane Richard se vantait qu’Orange s’en mettait "plein les poches avec l’itinérance de Free", 18 mois plus tard, le discours a bien changé : "les recettes que nous touchons de l’itinérance sont loin de compenser les pertes qu’on a subi du fait de la baisse des prix."
 
S’il se refuse d’être catégorique sur le fait qu’il n’y aura plus de baisses des prix, le PDG d’Orange note néanmoins que depuis 1 an la situation s’est relativement stabilisée. Selon lui, "tout le monde est entrain d’ajuster les organisations, les coûts liés à cette nouvelle donne du marché."
 
"C’est formidable la baisse des prix, un chef d’entreprise est ravi quand il peut apporter ca à ses consommateurs" rappelant au passage qu’il "n’y en a pas beaucoup qui le font depuis quelques années."
 
Mais pour lui, la baisse des prix va bientôt se terminer  : "on arrive un peu au bout de nos possibilités."
 
Le prochain combat est désormais sur la couverture et la qualité de service notamment en 4G. A cette heure-ci, la 4G représente 2/3 des ventes de l’opérateur dans le mobile pour une consommation de data deux fois et demi supérieure à ce que consommait un client 3G. Pour Stéphane Richard la croissance de l’utilisation de la 4G est "spectaculaire" :
 
"Le trafic de données sur nos réseaux double tous les 18 mois."
 
Source : Europe 1