Qui veut la peau d’Arnaud Montebourg à l’Economie et au Numérique ?

Qui veut la peau d’Arnaud Montebourg à l’Economie et au Numérique ?

 Mercredi dernier à l’issue du conseil des Ministres, Arnaud Montebourg l’avait promis "dimanche, je passe à l’attaque." Cette fois il n’a pas raté son coup, dans un entretien donné au Monde, le ministre à tiré contre son camp et la politique du gouvernement dont il fait parti. 

Ce n’est pas la première fois que les propos d’Arnaud Montebourg font scandale et gênent ses alliés. Entre les propos tenus sur la stratégie de Free, ceux concernant le rachat de Dailymotion, l’affaire Bouygues-SFR-Numericable, l’homme politique n’a pas sa langue dans sa poche, cela lui coûtera certainement sa place.

Arnaud Montebourg a t-il franchi les limites du raisonnables après ses récents propos concernant "la réduction dogmatique des déficits qui nous conduit à l’austérité et au chômage" ? Chacun en sera juge. En tout cas pour le 1er Ministre Manuel Valls, le Ministre de l’Economie, du Redressement Productif et du Numérique "a franchi la ligne jaune."

Ce matin Manuel Valls présentait la démission de son gouvernement avant d’être reconduit pour constituer une nouvelle équipe "en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies".

Une chose est sûre l’instigateur de la fronde n’en fera pas parti. Selon le Parisien, Manuel Valls aurait posé un ultimatum au président de la République, "c’est Montebourg ou moi". Cette fois, Arnaud Montebourg devrait non pas être promu comme lors du dernier remaniement, mais mis aux oubliettes. Manuel Valls rencontrera néanmoins Arnaud Montebourg cet après-midi

Aucun nom ne circule actuellement pour le remplacer sur les compétences de l’Economie ou du Numérique. 

Benoit Hamon, le ministre de l’Education qui s’est rallié à Arnaud Montebourg et Aurelie Filipetti, Ministre de la Culture seraient également sur la sellette. Sa gestion du dossier Netflix, celle des intermittents, les compétences d’Hadopi, du CSA, et surtout une refonte de la chronologie des médias sont tout autant de dossiers brûlants sur lesquels la ministre de la Culture sera jugée lorsqu’il sera question de sa reconduction.

Quant à Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au Numérique semble bien loin de cette nouvelle séance de chaises musicales. Elle annonce sur Twitter que pour elle "le travail continue." En bon élève se désintéresse-t-elle de ce qu’il se passe dans la cour, ou souhaite-t-elle gravir un échelon ?

 

Source : NextInpact