Le plan de Bouygues Télécom pour ne plus laisser la Freebox dicter sa loi

Le plan de Bouygues Télécom pour ne plus laisser la Freebox dicter sa loi

Depuis le 18 septembre 2002, date de naissance de la Freebox, celle-ci a imposé un modèle au marché français des télécoms. Outre la box en elle-même, qui est entrée dans les foyers et est devenue le premier moyen de réception de la TV payante, devant le satellite et la câble, Free a également donné une valeur de référence aux offre triple play : 29,99 euros tout inclus. Un tarif sur lequel la plupart des opérateurs se sont alignés. Même s’il reste toujours le prix de référence, depuis 2002, il a quelque peu évolué à la hausse, même chez Free, qui a répercuté la hausse de la TV sur les services audiovisuels (+ 1,99 euro pour disposer de Freebox TV) et facturé le dégroupage total pour les abonnés qui choisissent la Freebox Révolution (+ 5,99€).
 
Avec ses nouvelles offres, ce sont les codes instaurés par Free que Bouygues Télécom veut casser, selon Challenges, qui décrit le plan de l’opérateur pour y arriver. Tout d’abord, Bouygues Télécom veut faire oublier le 29,99 euros/mois, avec son offre Bbox à 19,99 euros disponible sur son réseau dégroupé (ou 27,99€/mois sur le réseau de son partenaire SFR, à cela s’ajoute 6 euros/mois pour disposer de la Bbox Sensation), ou 25,99 euros sur son réseau FTTH (environ 1 millionsde » foyers éligible à ce jour). L’opérateur ne cesse d’ailleurs de répéter qu’il s’agit du nouveau prix de référence. « Apres le nouveau prix 3P ADSL de référence a 19.99€/mois, un nouveau prix de référence pour 3P avec la fibre FTTH a 25,99€/mois. » martelait ainsi Olivier Roussat sur Twitter.
 
 
Autre élément pour casser les code de la Freebox : s’allier à Google pour développer sa nouvelle box et ne plus la concevoir en interne comme le fait Free.
 
Enfin, et c’est peut être la plus grosse différence avec les offres triple play actuelles : Bouygues Télécom ne compte plus sur le forfait mensuel, qui est proposé à un tarif très bas, pour faire de la marge, mais sur les services ajoutés. Challenges explique « Martin Bouygues, en décidant de jouer la guerre des prix sur le matériel et le service de base, fait le pari de trouver plus tard des revenus après avoir laissé entrer des partenaires de contenus. "43% de nos clients fibre utilisent la vidéo à la demande", indique ainsi Olivier Roussat. Dans la conception de la box Miami, TF1, société sœur du groupe Bouygues, y a été chouchoutée ainsi que les jeux de Gameloft. Des ressources publicitaires en perspectives ? »
 
Contrairement à la Freebox, qui intègre un très grand nombre de services, et à laquelle Free en ajoute de nouveaux régulièrement,laa dernière box Miami de Bouygues Télécom propose peu de fonctions de base intégrées, même le disque dur n’est pas inclus. Mais l’opérateur a déjà indiqué commercialisera des produits dédiés pour sa nouvelle box Miami.