Pour Jean-Ludovic Silicani, deployer le FTTH partout coûtera moins cher que rénover les centrales nucléaires

Pour Jean-Ludovic Silicani, deployer le FTTH partout coûtera moins cher que rénover les centrales nucléaires
 
Face au discours de la secrétaire d’Etat au Numerique, Axelle Lemaire encourageant le mix technologique pour apporter le très haut débit à l’ensemble de la population, Jean-Ludovic Silicani, président du régulateur des télécoms, interrogé à l’occasion de la conférence de presse de l’ARCEP, maintient son intention de couvrir 100 % du territoire en FTTH :
 
"L’objectif commun du parlement des gouvernements successifs et du régulateur, c’est de dire que le but c’est du FTTH partout, c’est l’objectif global qui mettra le temps nécessaire. On est entrain de construire le réseau de communication du 21e siècle. […] On a intérêt à construire un réseau le plus efficace possible et si il faut dépenser quelques milliards d’euros supplémentaires, il faut les dépenser."
 
Pour le président du régulateur des télécoms, l’enjeu d’apporter le FTTH à l’ensemble de la population représente 20 à 25 milliards d’euros, une somme qu’il est impératif de débloquer :
 
"Quand on lit dans la presse que pour remettre à niveau les centrales nucléaires du pays, il faut dépenser 50 milliards d’euros, quand on sait qu’on dépense 10 milliards d’euros par an pour construire des routes, ce n’est rien du tout de mettre 20 à 25 milliards d’euros pour construire l’ensemble du réseau de télécommunication de tout le pays pour un siècle."
 
Il convient néanmoins que l’ensemble des déploiements "ne se feront pas en une année" et que les zones en difficulté économique, géographique ne seront fibré que "tardivement". Dans ces zones, Jean Ludovic Silicani estime qu’il faudra y aller "étape par étape" en utilisant la montée en débit, le VDSL2, le câble, mais en gardant à l’esprit que "l’ objectif final est le FTTH partout."