LTE Advanced : la prochaine échéance pour Free Mobile est mai 2016

LTE Advanced : la prochaine échéance pour Free Mobile est mai 2016
 Alors que certains bénéficient d’avantages, Bouygues disposant du refarming 1800 MHz, du côté du quatrième opérateur, le potentiel de fréquences utilisable en 4G est plus limité, Free Mobile ne disposant ni bande de fréquences utilisable en 2G, ni d’autre bande de fréquences que les 2 600 MHz pour une utilisation 4G.
 
À l’heure ou SFR, Bouygues, Orange annoncent tour à tour se lancer dans la 4G+ ou LTE Advanced, Free reste sur le carreau sur ce dossier, faute de pouvoir agréger plusieurs bandes de fréquences LTE.
 
A l’occasion de cette conférence de presse avec l’ARCEP, Univers Freebox a donc invité le régulateur des télécoms à s’exprimer sur les prochaines enchères et les prochains changements concernant les fréquences mobiles allouées aux opérateurs.
 
Conformément au nouveau cadre réglementaire Européen, l’ARCEP s’alignera sur la demande de neutralité technologique des bandes de fréquences. A ce titre, le régulateur des télécoms annonce qu’à moins d’une procédure retardant l’échéance, celle-ci interviendra au 25 Mai 2016. A cette date, Free Mobile pourra donc, s’il le désire, réutiliser ses fréquences 3G sur les 900 MHz et 2100 MHz ainsi ses fréquences Wimax sur la bande 3,5 GHz et pourra les utiliser pour de la 4G ou 4G+. C’est également le cas pour la bande 1800 MHz. En vertu de ce principe de neutralité technologique, Free récupérera 15 MHz sur cette bande de fréquences et tous les opérateurs pourront l’utiliser s’ils le souhaitent pour de la 4G.
 
Reste la question de la bande des 700 MHz actuellement utilisées pour la TNT et dont il est question d’une réattribution pour les opérateurs mobile. Il est ainsi question d’une nouvelle mise en enchère. Mais avant que l’ARCEP de s’attelle à la tache de de délivrer les autorisations d’émettre sur cette bande de fréquence, le régulateur des télécoms annonce qu’il attend que le ministre délivre un calendrier de mise en oeuvre. 
 
Enfin, sur la 4G+ et la LTE Advanced, l’ARCEP trouve logique, que les opérateurs construisent les réseaux avant d’avoir les terminaux compatibles : "il faut d’abord construire les autoroutes avant d’avoir les voitures capables de rouler dessus."