Selon l’ARCEP, les tarifs des offres mobiles ont diminué de 27,2 % en 2013

Selon l’ARCEP, les tarifs des offres mobiles ont diminué de 27,2 % en 2013

L’ARCEP a publié ce matin son étude annuelle sur le marché des services mobiles grand public en France métropolitaine, pour la période 2010 à 2013, auprès de clients des quatre opérateurs de réseaux mobiles Orange France, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile et des deux plus importants opérateurs mobiles virtuels NRJ Mobile et Virgin Mobile.
 
Cette étude montre que les prix des services mobiles ont diminué de 27,2 % en 2013 en moyenne annuelle après un recul de 11,4 % en 2012. La baisse touche l’ensemble des profils de consommation en raison du développement d’offres d’abondance pour la voix et les SMS. 
 
En moyenne, sur l’ensemble de l’année, les prix reculent de 33,1 % pour les utilisateurs de cartes prépayées à la suite du développement d’offres de cartes prépayées incluant la voix et les SMS en illimité et de l’apparition en fin d’année 2012 de cartes sans durée de validité. Néanmoins, les prix des cartes prépayes ont peu évolué depuis octobre 2012. 
 
Les clients souscrivant des contrats post-payés (forfaits, y compris bloqués) bénéficient d’une baisse des prix de 25,5 % en moyenne en 2013. Le recul des prix est légèrement plus marqué aux extrêmes : les prix diminuent de 26,6 % pour les gros consommateurs et 28,3 % pour les petits consommateurs de services vocaux tandis qu’ils baissent de 21,2 % pour les consommateurs moyens. 
 
Les petits consommateurs (-28,3 %) bénéficient du développement de forfaits à bas tarifs incluant les SMS en illimité en plus d’un certain volume de minutes. Les gros consommateurs ont profité de l’apparition d’une version avec subvention du terminal des offres incluant des composantes d’abondance sur la voix et les SMS et un large volume de données, qui avaient été le moteur de la baisse des prix l’année passée. Le recul des prix a également été renforcé par l’apparition d’offres qui ne lient pas nécessairement abondance pour la voix et abondance pour les services de données et qui se révèlent plus ajustées à la consommation des utilisateurs.