Le Groupe Canal+ veut bénéficier de flux prioritaires sur les box des opérateurs

Le Groupe Canal+ veut bénéficier de flux prioritaires sur les box des opérateurs

A l’heure ou Netflix va débarquer en France dans trois mois, certains acteurs fournisseurs de contenus participant à la création audiovisuelle imaginent des plans pour contrer le géant américain. 

 
C’est notamment le cas de Canal+ qui a utilisé le festival de Cannes pour faire entendre sa voix. Rodolphe Belmer délégué général du groupe audiovisuel estime ainsi, qu’avec l’arrivée de Netflix en France, sans s’installer en France, "une concurrence déséquilibrée est en train de s’établir en termes fiscal, en termes d’obligations, en terme de masse et d’investissements."
 
Pour contrer cette situation, le délégué général estime qu’il "faut créer des avantages compétitifs pour des acteurs comme nous. Il faudrait qu’un acteur comme nous soit favorisé pour accéder aux fils du téléphone. Il faudrait que ce soit plus facile pour nous d’amener nos programmes avec une bonne qualité de débit". En somme : faire prioriser les flux de Canal+ et CanalSat sur internet soit porter atteinte à la neutralité du Net. Cette dernière expérimente depuis peu la diffusion des chaînes CanalSat en Over The Top, lesquelles demandent un certain débit dédié et une certaine bande passante.
 
Si Canal+ serait prêt à payer pour bénéficier de ces avantages auprès des opérateurs télécoms, certains pourraient néanmoins refuser ce premier coup de semonce contre la neutralité du Net. Le groupe audiovisuel voudrait donc que cet avantage soit inscrit dans la loi, un scénario que le ministère de la Culture a déjà écarté annonçant qu’une "telle mesure n’était pas prévue dans la future loi sur la création".
 
De l’autre côté de l’atlantique, le futur rival de Canal+, Netflix bénéficie déjà d’un contenu prioritaire chez certains opérateurs, lui qui utilise près de 30% de la bande passante en heure de pointe. La neutralité du Net aux Etats-Unis vit d’ailleurs ses dernières heures après la proposition du régulateur américain le 15 mai dernier, d’y mettre purement et simplement fin.
 
Source : BFM TV