Les MVNO craîgnent de disparaître définitivement si l’ARCEP ne les soutient pas

Les MVNO craîgnent de disparaître définitivement si l’ARCEP ne les soutient pas

Alors que le marché des télécoms et les différends rachats touchent les MVNO, entre le rachat de ZeroForfait par Prixtel et le rachat de Virgin par Numericable, Leonidas Kalogeropoulos, délégué général d’Alternative Mobile tire la sonnette d’alarme. 

Pour le représentant des MVNO, le gouvernement et l’ARCEP ne se soucient pas de leur avenir et manquent de moyen pour préserver ces opérateurs alternatifs :

"le gouvernement et le législateur considèrent qu’il y a un gendarme (NDLR l’ARCEP)avec des moyens d’agir. Or ce dernier dit ne pas pouvoir exercer son métier."
 
Il estime donc qu’il est "impératif que l’on muscle les textes pour qu’il puisse jouer son rôle de régulateur."
 
Pour ces MVNO, c’est une question de survie, et l’abandon de Virgin Mobile est un signe fort pour tout ces opérateurs alternatifs. Leonidas Kalogeropoulos prévient " si les MVNO disparaissent aujourd’hui, ils ne renaitront pas demain quand on sera revenus à trois opérateurs."
 
Ils estiment qu’après l’arrivée de Free Mobile sur le marché, le régulateur ait perdu de vue l’intérêt concurrentiel des MVNO sur le marché : "nous voulons surtout que le degré d’attention que l’on nous porte ne dépende pas que de l’intensité concurrentielle du moment."
 
Ces derniers souhaitent, dans un premier temps, deux mesures phares :
  • que les tarifs de gros proposés par le nouvel ensemble SFR-Numericable soient régulés.
  • que le prix de détail des opérateurs de réseaux soient duplicables par leurs clients MVNO.

Au début du mois, Oméa Télécom, propriétaire de Virgin, avait été débouté de sa requête contre orange visant à plafonner le tarif de gros des opérateurs de réseau.

Leonidas Kalogeropoulos rappelle à l’ARCEP que les MVNO emploient 3500 personnes et qu’il est "très important de veiller au développement pérenne des MVNO."
 
Source : Les Echos