Bataille aux prud’hommes entre Bouygues et 8 établissements portant son nom

Pendant près de 10 ans, l’entreprise GMT gérait huit établissements portant le nom de Club Bouygues Télécom, dans le centre de la France. Mais depuis un mois ces 8 boutiques ont fermés leurs portes, le contrat entre l’opérateur et la structure indépendante, n’a pas été renouvelé. Sans activité, les 3 cogérants et 20 salariés se retrouvent donc obligés de plier bagage, sans emplois et sans indemnités de départ.

Saisissant les prud’hommes, les trois co-gérants souhaitent obtenir la reconnaissance d’un lien direct, d’employeur à employé entre Bouygues et les boutiques :
 
Pour Philippe Conte, un des cogérants, ce lien est évident : "on travaillait exclusivement pour Bouygues, on portait des vêtements Bouygues et on avait une enseigne Bouygues."
 
Les trois cogérants et les 20 salariés se retrouvent ainsi sans indemnités, sans aucun revenu et sans possibilité de reconvertir leur activité :
 
"Le matériel appartenait à Bouygues Télécom, le fichier client, l’informatique et le mobilier, tout appartenait à Bouygues Télécom."
 
Du côté de Bouygues, on estime que la fin du contrat était connue depuis 3 ans et que personne n’a été pris par surprise.
 
Les salariés et gérants des 8 enseignes devront attendre patiemment la décision des tribunaux. Il faudra attendre au moins un an avant que le jugement en première instance n’ait lieu, trois ans au plus tard si l’affaire est renvoyée en appel.
 
Source : France Bleu