Mutualisation SFR-Bouygues : la rupture de l’accord pourrait couter 1 milliard à Bouygues

Mutualisation SFR-Bouygues : la rupture de l’accord pourrait couter 1 milliard à Bouygues

Signé, il y a quelques mois et pas encore mis à exécution, Bouygues se sentant trahi, voudrait casser, l’accord de mutualisation des antennes 4G en zones non denses, entre SFR et Bouygues.

Si du côté de Numericable nouveau propriétaire de SFR on assure qu’il n’y a pas de clause concernant de rupture en cas de changement d’actionnaires, on estime à 1 milliard la somme que devrait versé Bouygues pour se désengager de cet accord. Une somme astronomique qui pourrait dissuader le groupe de jouer avec le feu.
 
Mais s’il ne fait rien le voilà condamné à un ménage à trois SFR-Numericable-Bouygues empêtré dans un contrat de mutualisation du parc d’antennes mobiles en zone non-denses. Et s’il doit se désengager, il vaudrait mieux pour l’opérateur qu’il le fasse avant de commencer à démonter des sites d’antennes.
 
Chez Bouygues, on accuse encore le coup ; "on se sent trahis" mais on estime néanmoins que la somme qui serait exigée est "fantaisiste", les synergies entre les deux groupes ne représentant que 200 millions chez SFR, 100 millions d’euros pour Bouygues. Un accord amiable pourrait également être trouvé, mais chez Bouygues, on veut se laisser du temps : "ce n’est pas un sujet très chaud, il faut nous laisser souffler." En soufflant Bouygues pourrait ainsi amorcé ses plans B et C mutualiser ses antennes 4 avec Orange ou envisager une fusion avec Free.
 
Si cet accord date de plusieurs mois, cette transaction est juste actée, pour les deux opérateurs "depuis un mois tout est gelé repoussé du côté de SFR du fait de la vente". Bouygues semble néanmoins dans une mauvaise passe avec SFR. 
 
Source : La Tribune