Antoine Darodes : “le plan Très Haut Débit n’a jamais exclu le câble”

Antoine Darodes : “le plan Très Haut Débit n’a jamais exclu le câble”

Directeur de la Mission Très Haut Débit, Antoine Darodes revient dans La Tribune sur le rachat de SFR par Numericable et les incidences sur le déploiement du Très Haut Débit. Pour le directeur de la Mission Très Haut Débit, le rachat de SFR par Numericable devrait impacter les investissements dans le déploiement de la fibre optique jusqu’à l’abonné dans près de 200 communes.

Si Numericable a assuré qu’il s’investirait et raccorderait 12 millions de prises au Très Haut Débit d’ici 2017, il y a peu de chance que le numéro 1 du câble se mettent à déployer du FTTH. Mais pour Antoine Darodes ce n’est pas vraiment un problème. Pour lui, si le déploiement de la fibre jusqu’à l’abonné "est au cœur du plan France Très Haut Débit", il estime que "c’est un plan pragmatique qui s’appuie sur l’ensemble des technologies" lequel "n’a jamais exclu le câble."
 
Néanmoins concernant les engagements de déploiement qu’avait pris SFR avant d’être racheté par Numericable, Antoine Darodes estime qu’il y a un "risque sur 182 communes où SFR prévoit de déployer de la fibre jusqu’à l’abonné d’ici à 2020 et qui pourrait bénéficier du câble modernisé."
 
Pour le patron de la mission Très Haut Débit, "il faudra s’adapter". Parmi les scénarios envisagés, l’Autorité de la Concurrence pourrait demander à SFR-Numericable de "libérer " les communes concernées pour qu’Orange ou les collectivités puissent investir dans ces zones.
 
Autre scénario Patrick Drahi a promis de rencontrer le patron d’orange pour discuter des coinvestissements. Enfin parmi les coinvestissements sur lesquels SFR s’était engagé aux côtés des réseaux publics, Antoine Darodes confirme que "le nouveau groupe s’est engagé à maintenir ses investissements" sous l’oeil du Ministre du Redressement Productif qui "y veillera".
 
Enfin, comme pour élargir le sujet, Antoine Darodes renvoie la balle à Free et Bouygues Télécoms qui "ont également un rôle à jouer dans le financement de ces nouveaux réseaux" même s’il concède que d’ici à 2022," il y aura d’autres bouleversements dans le secteur".