Didier Lombard répond sur le déploiement de la fibre et sa technologie

Cette semaine France Télécom et plus particulièrement Didier Lombard ne sont par avares en communication.

Après Les Echos, c’est l’expansion qui rapporte un interview de Didier Lonbard qui répond – entre autre – à une question sur la date de déploiement de la fibre et sur la technologie choisie.

Free annonce une offre de fibre optique chez l’abonné (FTTH) courant 2007 ? Pourquoi avoir annoncé un objectif en 2009 ?

Avec la fibre, les opérateurs alternatifs vont investir dans des réseaux fixes comme nous le faisons déjà depuis des décennies. J’attends cela avec impatience ! Mais le Très Haut Débit est un mouvement en profondeur qui ne concerne pas seulement les opérateurs. Son déploiement va nécessiter une adaptation de tous les acteurs concernés, je veux parler des équipementiers et des fournisseurs de services. Notre pilote commercial dans la région parisienne nous a beaucoup appris : nous mesurons mieux l’attrait pour les usages, mais aussi les contraintes liées à l’installation. Le principal usage du très haut débit sera la télévision Haute Définition, et il n’y aura pas, de notre point de vue, de contenus en quantité suffisante avant 2009. Le FTTH est en outre une technologie sur laquelle il nous faut encore apprendre pour atteindre une maîtrise totale. Contrairement à ce qui est dit, il n’est pas si simple de réaliser des installations parfaites dans les immeubles et les habitations. Il faut prendre en compte les vœux des syndics et des propriétaires. Nous avons annoncé la semaine dernière que nous passons en phase de pré-déploiement dès 2007 avec une gamme d’offres à Paris et zones limitrophes ainsi que dans une dizaine de villes de province comme Marseille, Lille, Lyon, Poitiers, Toulouse. Le déploiement massif est envisagé à partir de 2009.

Vos concurrents vous reprochent d’avoir opté pour une technologie FTTH difficilement dégroupable, le « GPON ». Que répondez vous ?

Le GPON est dégroupable. Il permet un multiplexage jusqu’à 64 abonnés dans chaque fibre et cela peut être ouvert à tous. Je souhaite que les raccordements en fibre optique effectué par un opérateur soient ouverts à tous les autres. Il faut éviter une situation qui conduirait, comme aux Etats-Unis, à ce que plusieurs opérateurs investissent les mêmes immeubles. L’accès à la fibre doit se faire aux conditions commerciales définies par l’opérateur : il s’agit de déployer un nouveau réseau et il faut que les entreprises y trouvent une équation économique convenable.

Source : L’Expansion