Bouygues tacle Numericable avec un obstacle réglementaire au rachat de SFR

Bouygues tacle Numericable avec un obstacle réglementaire au rachat de SFR

Alors que la pression de Bouygues Télécom sur Vivendi se relâche un peu, l’opérateur a décidé de tacler Numericable par derrière, pour le couper dans ses négociations à 2 jours de la fin de son exclusivité. Ainsi Bouygues vient de mettre le doigt-là où ça fait mal en ressortant un obstacle réglementaire au rachat de SFR par Numericable.

En effet, selon Bouygues, le rachat de SFR rentre dans le cadre de la réglementation sur les secteurs stratégiques qui permet au gouvernement de s’opposer au rachat d’une entreprise si elle n’a pas reçu un blanc-seing du ministère de l’économique.

Cette réglementation date de 2006 lorsque Pepsi avait lancé une fausse OPA sur Danone. L’Etat avait alors renforcé sa réglementation pour préserver des rachats par des groupes étrangers lorsque ces entreprises françaises exercent des activités lui permettant d’être "dépositaires de secrets de défense nationale."

Le rachat de SFR pourrait rentrer dans cette catégorie étant donné son statut d’opérateur téléphonique, sa contribution aux "interceptions téléphoniques de sécurité" et dans le cadre du niveau de sécurité exigé des infrastructures mobiles. Ces équipements sont notamment jugés d’importance vitale pour la défense nationale.

Avec le remaniement, cette autorisation devra donc être signée du nouveau locataire de Bercy, grand chef de l’économie jusqu’au numérique. Bouygues vient donc de fournir une clé essentielle au gouvernement pour bloquer le rachat de SFR par Numericable. Arnaud Montebourg, qui jusqu’ici, ne s’est pas montré très favorable au rachat d’une entreprise française par une holding luxembourgeoise côté à Amsterdam, pourrait bien se servir de ce nouvel argument.

Source : Le Monde