Stephane Richard réagit au problème des suicides des salariés d’Orange

Depuis un mois que la sonnette d’alarme est tirée, la crainte d’une nouvelle crise interne à Orange est sur toutes les bouches. Stéphane Richard PDG d’Orange, fraichement renouvelé à son poste évoque ce premier souci de son nouveau mandat.

Pour lui, la situation est différente "les résultats du dernier baromètre social fin 2013 confirment l’apaisement global" pour autant, les derniers actes désespérés de ces 10 salariés "rappellent qu’il faut renforcer nos dispositifs de prévention."

Le PDG d’Orange revient également sur l’un des sujets qui peut créer des malaises au sein d’un opérateur au statut particulier.

"Avec deux tiers des effectifs fonctionnaires, des verrous bloquent les mobilités." Les perspectives d’évolutions de carrière sont ainsi compliquées et "la rigidité du système exige, selon lui , du cas par cas".

Avec 165 000 salariés au sein du groupe, Orange est une grosse machine fonctionnant pour partie avec des salariés du privé et une grosse partie de fonctionnaires. L’autre problème réside dans le dégraissage, bon nombre de départs en retraite ne seront pas remplacés et "mécaniquement, cela restreint les possibilités."

Pour autant, si ces éléments avaient déjà selon lui "été le déclencheur" de la précédente crise des suicides qui touchait à l’époque France Télécom, l’autre facteur de 2010 qui concernait les méthodes de management des équipes d’Orange qui ne sont plus les mêmes qu’à l’époque de Didier Lombard. Stéphane Richard s’estime plus ouvert dans le dialogue, une des raisons du soutien des syndicats au PDG lors de son renouvellement : "lorsque les évolutions sont édictées par diktat ou oukase cela conduit au désastre."

Malgré la taille de son entreprise, le PDG d’Orange consulte régulièrement ses salariés : "lorsque la parole est donnée, les salariés se prêtent à l’exercice. Pour le plan Conquête 2015, nous avons reçu 3000 contributions. […] Le succès des blogs est un autre signal encourageant : lorsque je poste un billet, je reçois des milliers de réactions."

Pour les prochaines années qui l’attendent à la tête de l’opérateur, Stéphane Richard annonce qu’il sera "attentif au phénomène de cour, au confort des habitudes, qui isolent."

Source : Les Echos