Récapitulatif du chat de l’ARCEP sur la 4G

Récapitulatif du chat de l’ARCEP sur la 4G

Hier à 17h, l’ARCEP proposait un chat thématisé sur la 4GPour ceux n’ayant pas pu suivre ce chat, le site de l’ARCEP à publié une retranscription des questions et des réponses.

La majorité des questions ont porté sur la qualité de la 4G, notamment sur la question des débits théoriques / réels.
 


Fred86 : À quand des mesures faites par l’ARCEP pour mesurer les débits moyens réels proposés par les opérateurs en 4G. Je suis loin, très loin du théorique affiché par mon opérateur !

Il est tout à fait normal que les débits réels observés soient inférieurs aux débits maximums théoriques de la 4G. Ils dépendent en effet de nombreux paramètres tels que le nombre d’utilisateurs reliés à l’antenne-relais, la distance à l’antenne, la charge du réseau (et donc le jour et l’heure de la journée), le lieu d’utilisation (à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments), le terminal… L’ARCEP rendra publics les résultats des mesures de qualité des services 4G avant l’été.
 



fab6000 : Free a-t-il signé un contrat d’itinérance pour la 4G ?

À notre connaissance, Free n’a pas signé de contrat d’itinérance pour la 4G. À noter qu’il dispose de fréquences 4G dans la bande 2600 MHz et qu’il les utilise pour déployer actuellement son réseau 4G. Il dispose par ailleurs d’un droit à l’itinérance sur le réseau 4G de SFR dans la bande 800 MHz au sein d’une zone dite de déploiement prioritaire qui correspond aux zones les moins denses du territoire (18 % de la population et 63% de la surface métropolitaine).
 


caps : Je remarque que depuis fin novembre, le niveau de qualité de la 3G a baissé et cela coïncide avec le fort développement de la 4G. Peut-il y avoir un lien ?

En moyenne, les débits 3G ont tendance à augmenter avec le temps : les enquêtes de qualité de service menées depuis 2008 par l’ARCEP montrent que les débits médians étaient en moyenne de 1,5 Mbit/s en 2008 et qu’ils dépassent 5 Mbit/s en 2012 (mais il peut y avoir des disparités entre opérateurs). Des diminutions de débit peuvent être observées localement et à certains moments : elles peuvent être liées à l’augmentation massive des utilisateurs 3G, depuis notamment l’essor des Smartphones, et les réseaux 3G ne suffisent plus à écouler le trafic. Le déploiement de la 4G permet justement de résoudre cette problématique.
 


Asnelle : Qu’est-ce qu’être couvert ? C’est quoi la définition ? Merci.

Un accès mobile à très haut débit est défini comme un accès fourni par un équipement de réseau mobile permettant un débit maximal théorique pour un même utilisateur d’au moins 60 Mbit/s dans le sens descendant. Ainsi, la zone de couverture à très haut débit (zone de couverture 4G) correspond à la partie du territoire dans laquelle l’accès mobile à très haut débit fourni par le réseau mobile à très haut débit du titulaire est disponible dans au moins 95 % des tentatives de connexion. Cette disponibilité est assurée à l’extérieur des bâtiments et est effective 24/24.
 


webs : Il semblerait que l’ARCEP soit prêt à donner son feu vert pour la 3G/4G devienne accessible depuis les aéronefs, ce service sera-t-il assuré par les opérateurs tels que Free, Orange, SFR et Bouygues où bien un nouvel opérateur verra le jour ?

Les opérateurs ne seront pas nécessairement les quatre opérateurs autorisés en France métropolitaine.
 

L’intégralité du rapport est disponible via le site de l’ARCEP.