FTTH : ils devront tous quitter leur FAI pour accéder à la fibre optique

FTTH : ils devront tous quitter leur FAI pour accéder à la fibre optique

Ils sont déjà 1200 grand-nancéiens à avoir signé la pétition "contre la fracture numérique", il sont déjà 9000 foyers équipés par la fibre optique, ils seront 25 000 foyers dans quelques mois. Les habitants de la couronne de Nancy (54) ont vécu un "ascenseur émotionnel". D’abord très heureux d’être éligibles à la fibre optique, les habitants de Fléville devant Nancy, Laneuveville, Maxeville et quatre autres communes supplémentaires se sont rendus compte que leur éligibilité à la fibre optique ne concernait aucun des "grands opérateurs."

 
Ni Free, ni SFR, Orange, Bouygues et ni même Numéricable ne peuvent leur proposer le très haut débit dans le réseau ainsi déployé par TUTOR, le prestataire du déploiement pour les collectivités du Grand-Nancy.
 
En cause, une incompatibilité des équipements déployés qui reviendrait trop cher au opérateurs pour rendre les prises compatibles. L’absence de contractualisation entre TUTOR, et les quatre FAI n’arrange rien et fait traîner le dossier qui court depuis le mois d’octobre.
 
Pourtant, sur son site TUTOR Nancy,, assure pourtant qu’une vingtaine d’opérateurs dont Free SFR, Bouygues et Orange leur ont déjà accordé leur confiance.
 

 
Pourtant lorsque l’on teste l’éligibilité de ces lignes à la fibre optique, il n’existe plus que quatre opérateurs, quasiment inconnus au bataillon, à proposer une offre sur le réseau. les abonnés ont le choix entre "Kiwi fibre optique", "Comcable", "Wibox".
 
 
Une situation scandaleuse qui conduit le Grand-Nancy à inviter les foyers à quitter leur opérateurs pour choisir l’un des quatre petits opérateurs, compatibles, mais aux tarifs et services bien moins avantageux. Selon Marie-Odile Martin, présidente de l’association pour un Libre Choix de son Opérateur pour l’Accès à la Fibre Optique (LICOPAFOGN), les petits opérateurs ont bien tenté de convaincre : ils "ont organisé des rencontres avec le public. Beaucoup étaient en colère, nous avons engrangé d’autres signatures."
 
Côté service, une offre comme "Kiwi" propose l’abonnement à 34,90 € par mois pour du "très haut débit jusqu’à 100 MEGA", les communications vers les fixes, une soixantaine de chaines et les chaines locales et un service média center bien moins performant que ce qui est proposé sur le marché. pas de quoi fouetter un chat. les trois autres opérateurs sont guère plus attractif tant au niveau du prix qu’au niveau des services associés.
 
Les habitants sont désemparés, les élus comme Laurent Hénart, pourtant en pleine campagne éléctorale leur a avoué dans l’Est Républicain "qu’il ne pouvait pas faire grand chose". Ce dernier, a renvoyé les habitants, vers leur parlementaire. Un courrier remis en main propre à Jean-Marc Ayrault à conduit le premier Ministre a renvoyer le dossier vers le prefet, la préfecture renvoyant le dossier sur la table du Grand Nancy, lequel avait déjà renvoyé les plaignants…vers les petits-opérateurs…
 
Une situation catastrophique qui conduit l’association à crier à la "fracture numérique" et à appeler les "grands opérateurs", Free, SFR, Bouygues et Orange à ne pas les "abandonner".
 
Source : l’Est Republicain (version papier)