L’UFC-Que Choisir se montre favorable au rachat du réseau de Bouygues par Free

L’UFC-Que Choisir se montre favorable au rachat du réseau de Bouygues par Free

L’UFC-Que Choisir a communiqué officiellement en début d’après sur ses craintes pour le consommateur quant au rachat de SFR et donc à un possible retour à 3 opérateurs. « Un retour à trois opérateurs ne serait pas anodin » explique l’association de consommateurs. « L’exemple français des années 2000, lorsqu’il n’y avait que trois opérateurs, et l’illustration fournie par l’Autriche, où le récent passage de quatre à trois opérateurs s’est traduit par une hausse spectaculaire des prix, doit mener les autorités de régulation indépendantes à s’assurer que la restructuration du secteur soit accompagnée de mesures fortes pour garantir le maintien de la concurrence dans le secteur des télécommunications en général, et dans celui de la téléphonie mobile en particulier ».
 
Et l’UFC-Que Choisir de rappeler « le rôle crucial de l’Autorité de la concurrence et de l’ARCEP, et leur demande de fixer un cadre qui sauvegarde l’intensité concurrentielle favorable aux consommateurs. »
 
Le rachat du réseau de Bouygues normaliserait la situation de Free Mobile
 

Si Vivendi venait à privilégier l’offre de Bouygues Telecom, L’UFC-Que Choisir se montre favorable à une revente du réseau de Bouygues à Free. « La situation de Free Mobile serait grandement bouleversée. La transfert d’antennes et de fréquences de Bouygues Telecom à Free Mobile annoncé ce week-end aurait le mérite de ne pas marginaliser le dernier opérateur entrant et, qui plus est, pourrait être l’occasion de « normaliser » la situation pour Free. En effet, le recours à l’itinérance, dont Free a très largement usé, brouille les cartes lorsqu’il s’agit de s’intéresser à la qualité de service proposée par l’opérateur. » a indiqué l’association de consommateurs.

Cette dernière a toutefois émis quelques précautions : « il est indispensable que les modalités de ce transfert soient strictement encadrées afin que la qualité de service des clients de SFR et Bouygues Telecom ne soit pas réduite, le réseau de SFR devant accueillir pas moins de 11 millions de clients supplémentaires. Les consommateurs ne doivent en au un cas payer les pots cassés des grandes manœuvres en cours. »