L’Autorité de la Concurrence Européenne sceptique quant aux fusions/rachats dans les télécoms européens

L’Autorité de la Concurrence Européenne sceptique quant aux fusions/rachats dans les télécoms européens

Sollicitée pour donner son avis sur un projet de fusion entre Téléfonica et E Plus en Allemagne, l’Autorité de la Concurrence Européenne vient de formuler aux deux opérateurs une série de griefs, tous autant de freins avant de donner son accord à ce projet de fusion.

Attendu comme un exemple d’un passage de 4 à 3 opérateurs, ce projet de fusion entre Telefonica est vu en France comme le modèle qui donnera le "la" de la consolidation des télécoms en Europe.

Telefonica qui souhaite s’offrir E Plus pour passer n°1 du marché allemand, ne sera dans tous les cas, pas bloqué par la Commission Européenne avec un "non définitif". Cette dernière cherche à ce que les opérateurs concernés fassent des concessions pour garantir un marché concurrentiel. Ces autorités estiment déjà qu’un passage de 4 à 3 opérateurs entraîneraient une hausse des prix de 13 à 17 %, au delà des tolérances européennes.

"Il s’agit d’une étape préliminaire qui permet à Telefonica de se défendre et d’exposer ses vues" annonce Antoine Colombani porte parole de la Commission Européenne en charge des dossiers de concurrence.

Si ce dossier allemand, attire toutes les attentions, c’est qu’il servira d’exemples aux projets de fusions/mariages qui couvent en France. Si aucune offre n’a pour l’instant été faite auprès de l’Autorité de la Concurrence française et européenne, le dossier SFR sera également scrupuleusement examiné par ces organes qui ont déjà exprimés leurs réticences à une fusion avec un autre opérateur, seul Numericable pour son aspect complémentaire serait autorisé à un rapprochement.

Source : Zdnet