Découvrez, en vidéo, le discours d’Arnaud Montebourg devant la FFTélécoms

Découvrez, en vidéo, le discours d’Arnaud Montebourg devant la FFTélécoms
Hier, la Fédération française des Télécoms (FFTélécoms) a présenté ses voeux et son rapport d’activité 2013, en compagnie de Pierre Louette, directeur général de FFTelecoms, Georges Roux de Bézieux, vice-président délégué du MEDEF (et président de Virgin Mobile) et d’Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement productif. Nous vous proposons de découvrir le fameux discours du Ministre, où ce dernier prêche en faveur de la fin de l’accord d’itinérance signé entre Free et Orange.
 
Arnaud Montebourg : pendant que « les Gulliver prospèrent, les lilliputiens dépérissent ».
 
 
Le Ministre entend renforcer la filière du numérique et le secteur des télécoms en tempérant « les dangers de la concurrence, à la destruction qu’elle risque de produire ». Il estime « qu’en multipliant les opérateurs, balkanisant les offres, favorisant certes le court-terme du consumérisme, nous risquons par excès d’amour du consommateur, de détruire nos producteurs. Notre projet n’est pas de dire tout pour le producteur, vive la rente, nous saluons les ententes sur le dos des consommateurs […] Ce n’est pas tout pour les uns, haro pour les autres ».
 
Pour le Ministre, la bataille des prix doit être modéré. « Dans le désordre, il faut de l’ordre […] Nous avons décidé de mettre fin à la politique de l’excès. Il faut de l’entente ». Il évoque notamment la réforme de l’ARCEP afin de « réduire ses pouvoirs et la remettre à sa place ».
 
« Vous vous êtes nommés, moi je suis élu. Donc qui à raison ? Forcément moi. »
 
Enfin, il remet sur le tapis le contrat d’itinérance entre Free et Orange, dont nous vous parlions dans cet article. Il appelle les deux opérateurs « à anticiper en pratique […] une phase de sortie ». En contradiction avec ses propos sur l’accord d’itinérance Free-Orange, le Ministre salue l’accord de mutualisation SFR-Bouygues. A l’origine de la saisine de l’Autorité de la Concurrence, « le gouvernement salue cette réorganisation ».