Projet de loi sur les Ondes Electromagnétiques : vers “une peur irraisonnée” des réseaux télécoms?

Projet de loi sur les Ondes Electromagnétiques : vers “une peur irraisonnée” des réseaux télécoms?

Alors que la nouvelle mouture du projet de loi sur l’exposition aux ondes électromagnétiques menée par la députée EELV vient de franchir le cap de la commission Développement Durable et des Affaires Economiques, les associations de professionnels du numériques et les associations de défenses anti-ondes ont désormais 10 jours pour faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. 

Le 23 janvier prochain, le projet de loi sur les ondes électromagnétiques,dont Univers Freebox vous parlait la semaine passée, sera bel et bien examiné à l’Assemblée Nationale.
 
Dans les grandes lignes de ce projet de loi, on retrouve quelques objectifs défendus depuis quelques temps par l’EELV et les associations de défenses anti-ondes : préciser les modalités de concertation avant l’installation d’une antenne de réseau mobile, interdire le wifi dans les structures d’accueil des enfants de moins de 6 ans, un affichage du DAS obligatoire pour phablettes et tablettes, la désactivation par défaut des fonctions 3G et wifi sur les boxs internet.
 
Pour les professionnels du numériques notamment l’AFDEL et la Fédération Française des Télécoms cette proposition de loi relative " à la sobriété, à la transparence et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques" va "multiplier les obstacles au déploiement des réseaux mobiles, à la disponibilité des infrastructures et des terminaux innovants" et "encourage la défiance face au numérique mobile et sans fil" le tout ouvrant "la voie à la multiplication de contentieux."
 
Il appellent donc le législateur à "faire évoluer un texte dont le principal effet en l’état serait de susciter des peurs irraisonnées" des antennes et services réseaux sans fil. Ils réclament donc une législation sur les ondes électromagnétiques qui soit "favorable à l’investissement et à l’innovation dans le numérique".
 
Source : Satellifax