Orange prêt à réagir aux attaques de la NSA

Orange prêt à réagir aux attaques de la NSA

Après Prism, révélé il y a quelques mois, le scandale continue et touche désormais les opérateurs télécoms, comme Orange qui est d’ores et déjà dans les starting-blocks pour saisir la justice.

En effet Edward Snowden, ex consultant de la NSA, fait encore parler de lui révélant dans le magazine allemand Der Spiegel de nouvelles pratiques de l’Agence de Sécurité Américaine. Selon lui, un consortium de 16 entreprises parmi lesquelles Orange se serait fait pirater en février dernier un câble sous-marin de fibre optique, le Sea-Me-We 4, reliant Marseille à l’Asie du Sud-Est.
 

Le trajet du câble SEA-ME-WE-4 © Wikimedia Commons
 
Dans le document, le bureau des hackers de la NSA a introduit le 13 février dernier un virus lui permettant d’avoir "accès au site de gestion du consortium et d’avoir collecté les informations du réseau de niveau 2."
 
Si Orange semble affirmer, non sans réserve, que l’opérateur "n’a connu aucune attaque de ce type", il affirme se préparer à "toutes les possibilités d’action légale dans l’hypothèse où des données Orange transportées par le câble en question auraient fait l’objet d’une tentative d’interception et va notamment se constituer dans les prochains jours partie civile."
 
Orange se défend également d’avoir connu une faille de sécurité ou avoir collaboré avec la NSA et affirme n’avoir "aucune implication dans de telles manœuvres, effectuées entièrement à son insu et qui concernent a priori des équipements dont elle est usager et non gestionnaire."
 
Il souhaite par la même occasion rappeler "son attachement à la protection du secret des correspondances, qui ne peut être levé que dans des conditions clairement définies et limitées par la loi ; aucune institution ni aucun Etat ne peut s’affranchir de ce respect."