Bercy avertit que le prix de la 4e licence mobile n’est pas négociable

Le journal les Echos revient sur l’attribution de la 4ème Licence UMTS et interview François Loos ministre délégué à l’industrie.

La quatrième licence de téléphonie mobile sera attribuée courant 2007.

L’ARCEP proposera mi-décembre, au gouvernement, un appel à candidature. Celles-ci pourront être déposées "au printemps 2007". L’instruction des candidatures prendra au maximum 8 mois.

Les conditions tarifaires seront difficilement revues à la baisse. En effet, en 2000 la licence coutait 4,95 milliards d’euros mais elle a été réduite à 619 millions d’euros. Les trois opérateurs ont payé cette somme en une seule fois.

Les conditions de cette licence resteront inchangées. Une couverturee minimal de 20% de la population dans un délai de deux ans. Mais, les trois opérateurs n’ont pas tous respectés cette obligation. L’obligation de Bouygues a été repoussée de quatre ans et demi.

Les constucteurs sont prêt à financer – via des crédits fournisseurs – la fourniture des équipements, voire la construction et l’entretien du réseau.

Le discours a changé. Les trois opérateurs mobile répliquaient lorsque l’on évoquait l’insuffisance de la concurrence : Il reste une licence UMTS disponible, vous n’avez qu’à la prendre.

Depuis le ton a changé. "Free bluffe" se rassure l’un d’eux.

Free "représente une menace" pour les 3 opérateurs, car il pourrait proposer des tarifs "très agressifs comme il l’a fait dans l’ADSL" et/ou être très ouvert aux opérateurs virtuels comme l’a été E-Plus en Allemagne".

La société générale conclut : "Le risque de déséquilibre du marché du mobile lié à l’entrée de Free pourrait nécessiter un accord des autorités politiques, susceptible d’être décalé compte tenu de l’élection présidentielle".

Interview François Loos
 :

Pour ce dernier, il n’y aura aucune négociation possible.

A la question sur les aménagements pour le 4ème opérateur entrant, le ministre est très ferme : La loi est la même pour tous, elle ne s’aménage pas, elle ne se négocie pas.

Réflexion UF :

Voilà, qui répond clairement par la négative au souhait qu’Iliad avait exprimé via son communiqué de presse : Iliad (…) souhaite insister sur le fait que des aménagements sont à mettre en place pour assurer la viabilité d’un nouvel entrant. La 4ème licence semble bien compromise aujourd’hui. Le communiqué de Free aura quand même eu le mérite de bousculer le monde des télécoms et faire parler dans toute la presse – sans débourser un euro – de notre FAI.

Source : Les Echos


Bercy avertit que le prix de la 4e licence mobile n’est pas négociable  
Une mauvaise nouvelle pour les trois opérateurs existants
«Le prix de la licence UMTS ne se négocie pas», affirme François Loos