Pour l’ANFR : “l’annonce de Free est tout à fait légitime”

Pour l’ANFR : “l’annonce de Free est tout à fait légitime”
L’ANFR, l’Agence National des Fréquences Radio, l’établissement chargé de délivrer les autorisations d’installation d’antenne, dévoilait ce jeudi une application mobile pour iOS et Android permettant de vérifier sur le terrain la proximité d’une antenne 2G/3G/4G.
 
À cette occasion, Gilles Brégant, directeur général de l’ANFR a déclaré que "l’annonce de Free est tout à fait légitime : l’opérateur a bien des antennes actives, il dispose même de 1445 autorisations. L’ANFR ne s’occupe pas des offres, qui sont la souveraineté complète des opérateurs."
 
L’annonce de Free n’en était pas moins imprévue : "jusqu’à présent, Free déclarait des antennes dans la bande des 2,6 GHz mais ne les raccordait pas au réseau. Puis, il nous a communiqué massivement des mises en service d’installations la semaine dernière." Un procédé très inhabituel selon l’ANFR.
 
Concernant le seuil de couverture et le nombre d’antennes que Free a activé pour se lancer, Gilles Brégant a estimé "qu’il y avait déjà beaucoup de régulations" dans les télécoms et de renchérir : "interdit-on la commercialisation d’une nouvelle marque de yaourts parce qu’elle n’est pas disponible partout ?."
 
Néanmoins le gouvernement souhaite que l’ANFR et la DGCCRF (Direction Générale, de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes) mènent un projet pour que les consommateurs aient la possibilité de "comparer les niveaux de couverture effective" et "les débits réellement disponibles" afin de pouvoir faire un "choix éclairé entre les différentes offres du marché."