5G : des débits mobiles “au delà du Gbits” en 2020

Alors que la 4G peine à se déployer en France, des millions sont d’ores et déjà dépensés par les professionnels du secteur pour développer sa remplaçante : la 5G. La Commission Européenne a bien l’intention de rattraper le retard du vieux continent en y investissant quelque 50 millions en 2013.

L’équipementier suédois Ericsson est déjà sur le coup et emmène le projet Metis regroupant 29 acteurs du monde des télécoms. Son directeur de la stratégie Viktor Arvidsson estime que "la 5G sera une rupture car elle devra intégrer une masse énorme d’objets connectés, qui pourraient être 50 milliards en 2020."

2020 et bel et bien l’objectif pour les débuts de la 5G qui prévoit déjà de se standardiser à l’échelle mondiale :

"Jusqu’à 2015, on sera en phase exploratoire, puis viendront trois années de pré-standardisation pour poser les concepts, puis deux ou trois ans de standardisation"

Le projet 5G prévoit également de récupérer de nouvelles bandes de fréquences "actuellement allouées à l’aéronautique et à la recherche spatiale" et qui "devraient se libérer dans les prochaines années grâce à l’évolution des technologies. La 5G aura besoin de fréquences hautes, qui induisent aussi une portée réduite, mais ce sera parfait pour les objets connectés à l’intérieur d’une maison ou les flux vidéo dans une salle de conférences"

Mais si le virage de la 5G est déjà pris à l’échelle mondiale, Viktor Arvidsson reste prudent : "on n’est qu’au début de l’aventure 5G, et il est difficile de dire aujourd’hui "ce sera comme cela en 2020" "

Source : AFP