Le début de la fin pour les cabines téléphoniques

Il est des technologies qui un jour sombre dans l’oubli, faute d’utilité : il y eut le télégraphe, le minitel, le fax est mal en point mais ce sont bien les cabines téléphoniques qui sont menacées d’extermination en France, faute de rentabilité et dans la majorité des cas faute d’utilité. Orange, ex-France Telecom, propriétaire de ces cabines prévoit de les retirer progressivement.

C’est notamment le cas à Paris où il est question de supprimer 2390 emplacements de cabines téléphoniques en 3 ans. À l’horizon 2016, Orange prévoit de ne garder qu’une quarantaine de cabines téléphoniques dans tout Paris, soit une moyenne de 2 par arrondissement. Pour Jean-Pierre Dicostanzo, directeur régional d’Orange Ile de France cette opération s’effectue "dans le cadre du plan de retrait que nous venons d’engager, nous allons accélérer le mouvement à partir de l’an prochain."

Montant de l’opération pour Orange : 1,9 million d’euros. Une convention de retrait qui devrait être approuvée aujourd’hui au Conseil de Paris. "Si ces appareils ne servent à rien, autant qu’ils n’encombrent pas l’espace public" annonce l’Hôtel de Ville.

Il faut dire que les derniers chiffres ne sont pas reluisants : leur utilisation a baissé de 91 % entre 2000 et 2011, le directeur régional d’Orange prévoit une nouvelle baisse de 90 % entre 2012 et 2015.

Ces cabines seront recyclées, données à des artistes pour en faire de bibliothèques itinérantes. D’autres seront données à un espace de travail partagé pour en faire des boxs de confidentialité, sans combiné téléphonique, mais que les utilisateurs pourront utiliser pour passer des conversations privées en toute tranquillité, avec à disposition, la possibilité de recharger…leur téléphone portable.

Source : Le Parisien