Pour l’Autorité de la Concurrence, Free Mobile a provoqué une simplification des offres et une rupture tarifaire

Pour l’Autorité de la Concurrence, Free Mobile a provoqué une simplification des offres et une rupture tarifaire
 
L’Autorité de la Concurrence rend ce jour trois avis auprès de l’ARCEP concernant l’analyse des marchés de gros des terminaisons d’appel pour la période 2014-2016 et "appelle de ces voeux une application accélérée et généralisée du cadre réglementaire européen."
 
L’Autorité de la Concurrence note ainsi le "développement significatif" de la VOIP au détriment de la téléphonie classique qui confirme les tendances précedemment observées.
 
Concernant les communication mobiles, sur le sujet des appels, l’Autorité de la Concurrence note "qu’entre 2010 et 2013, les offres illimités tous réseaux 24h/24 se sont progressivement généralisées au point de devenir un des standards du marché en métropole et plus tardivement dans les DOM." L’autorité note également que certains nouveaux acteurs, "notamment Free Mobile, a constitué une véritable rupture du point de vue tarifaire et du point de vue de la simplification des offres".
 
Elle note également le développement massif des offres SMS illimités quelque soit le réseau en métropole et de plus en plus vers les DOM.
 
Si l’Autorité de la Concurrence note que les opérateurs Français ont d’ores et déjà appliqué la réglementation Européenne, elle regrette que d’autres autorités de régulation ont choisi de ne pas l’appliquer le nouveau cadre réglementaire. Elle note ainsi que "les opérateurs français se trouvent pénalisés vis à vis de certains opérateurs étrangers".
 
Pour finir, l’Autorité note que les MMS ne pourront pas se substituer au SMS, du fait que le service MMS n’existe que sur des terminaux multimédias, quand le SMS est un service "universel" et "accessible à 100% des terminaux." Elle note néanmoins que les tarifs appliqués sont "très supérieurs aux coûts observés".
 
L’Autorité de la Concurrence " appelle de ses vœux d’une part une application accélérée et généralisée du cadre réglementaire de l’UE et des recommandations de la Commission européenne,"