77 % des Français trouvent normal la surveillance des communications en ligne par les gouvernements

D’après un sondage BVA pour le Syntec Numérique, 80 % des Français ne croient pas à la confidentialité des données sur Internet.
 
Cette étude révèle également que 77 % des Français estiment "normal" que les gouvernement puissent surveiller les communications en ligne. La crainte d’eventuelles attaques terroriste renforce cette idée pour 81% des plus de 65 ans et 71% des 15-24 ans. "Des chiffres exceptionnels" pour Bruno Vanryb, Président du collège Editeurs de Syntec Numérique.
 
Les auteurs du sondage expliquent ces résultats par les récentes actualités notamment "les révélations de cet été sur les affaires de cyber-espionnage expliquent sans doute en partie ce score écrasant que l’on observe dans toutes les catégories sociodémographiques et politiques de la population."
 
Cette affaire a eu donc une incidence sur la vision politique d’internet. Ils sont ainsi 86 % des sympathisants de droite à approuver la surveillance des communication en ligne contre 69% des sympathisants de gauche.
 
Néanmoins, seuls 30 % des personnes interrogées comptent changer leur manière de sécuriser leurs données personnelles. Les autres n’envisagent pas de changer leurs habitudes. Pour 52% des interrogés, ils attendent le droit à l’effacement des données personnelles et pour 38% une généralisation de l’encryptage de ces mêmes données.
 
Pour Bruno Vanryb, Président du collège Editeurs de Syntec Numérique, les Francais "savent que leurs données sont en risque, ils l’assument, et peuvent agir en conséquence s’ils le souhaitent."