L’Europe renoncerait à abaisser davantage le coût du Roaming

L’Europe renoncerait à abaisser davantage le coût du Roaming
En mai dernier, Neelie Kroes, commissaire européenne aux télécommunications avait jeté un pavé dans la mare en défendant l’abolition du Roaming entre les États membres de l’UE. Son objectif, créer un marché unique des services de télécommunications dans l’Union Européenne.
 
La première étape de son projet était de réduire, dans un premier temps, de 70 % le plafond des appels vocaux, entre juillet 2014 et juin 2022. Le plafond aurait été ramené à 3 centimes par minute contre 10 centimes depuis juillet 2013. La commissaire souhaitait également abaisser le plafond DATA à 1,5 centimes par mégaoctet contre 15 centimes actuellement.
 
Neelie Kroes avait par la suite poussé le projet de réduction des frais d’itinérances ou Roaming à 90 % en diminuant les prix de gros que les opérateurs payent pour accéder au réseau de leurs homologues européens. 
 
Pour la Commission Européenne, ce projet avait pour but de créer de l’emploi en dopant la compétitivité de l’UE pour rattraper ses rivaux américains ou asiatiques dans le secteur des télécoms.
 
Selon Reuters, ce projet aurait été abandonné devant les critiques formulées par les opérateurs historiques européens : Orange, Telecom Italia, Telefonica, Deutsche Télékom. 
 
Neelie Kroes dévoilera de nouvelles propositions le 10 septembre prochain. Elles devront être approuvées par les 28 États membres et le parlement européen avant d’être mises en application.