Stéphane Richard : « Bruxelles affaiblit les opérateurs et déprécie leur valorisation boursière »

Suite à l’enquête pour abus de position dominante de la Commission Européenne chez Orange, Deutsche Telecom et Telefonica, l’opérateur Français, par l’intermédiaire de son PDG Stéphane Richard, dénonce les pratiques de Bruxelles.

La société américaine Cogent, plainte à l’origine de l’enquête, a sollicité Bruxelles pour un nom respect des « accords de peering » dans l’acheminement de son trafic, gratuitement. Côté opérateurs, les opérateurs Européens estiment que la quantité de trafic envoyé par Cogent est telle, qu’elle nécessite une rétribution financière. 

Après quatre jours d’enquête sur quatre sites différents, cette nouvelle perquisition exaspère le PDG d’Orange :
« La commission Européenne n’a pas lésiné sur les moyens. Bruxelles à envoyé 21 agents. Ils ont saisi mon ordinateur et perquisitionné mon bureau. Tout cela est quand même violent. »

Pour Stéphane Richard, le conflit avec l’américain Cogent est un dossier qui était censé être déjà résolu. L’autorité de la concurrence s’était déjà penché sur le sujet pendant plusieurs mois. D’autant plus curieux, que l’opérateur estime que Cogent n’est pas l’entreprise la plus irréprochable :
« Il s’est développé en acheminant le trafic de Mégaupload, site aujourd’hui fermé, dont chacun sait que la légalité est plus que contestable. »

Pour le responsable d’Orange, il y a un vrai problème au sein de la Commission Européenne : « La politique à tous crins de Bruxelles affaiblit les opérateurs européens et déprécie leur valorisation boursière. Depuis 20 ans, Bruxelles ne sait faire qu’une chose : de l’antitrust. Bruxelles fait de la concurrence l’Alpha et l’Oméga de la politique économique. Cette idéologie à provoqué beaucoup de dégâts. »

Source : le Figaro