La mort des frais d’itinérance (roaming) est annoncée dans l’Union Européenne

La mort des frais d’itinérance (roaming) est annoncée dans l’Union Européenne

Les abonnés Mobile pourront, dès l’année prochaine, utiliser leurs smartphones dans toute l’union européenne sans surcoût. En effet, The Telegraph rapporte que le groupe des 27 commissaires européens ont décidé de supprimer les frais d’itinérance (roaming). Les opérateurs ont jusqu’au 1er Juillet 2014 pour mettre en place cette directive qui concerne les appels vocaux, les SMS et l’accès à Internet.

Cette décision s’inscrit dans le cadre des propositions visant à créer un marché unique européen des télécommunications (il y a plus de 100 opérateurs en Europe et seulement 4 aux Etats-Unis). Si à court terme, c’est une très mauvaise nouvelle pour de nombreux opérateurs (perte de revenus d’itinérance), ces derniers devraient, à long terme, augmenter leurs nombres de clients qui utilisent leurs téléphones mobiles depuis l’étranger (et donc récupérer des revenus supplémentaires en proposant de nouveaux services).

En outre, il n’est pas prévu d’imposer de nouvelles restrictions sur les tarifs de terminaison mobile.

Une décision qui est contraire à l’avis de la FTT et de la Ministre à l’Economie Numérique. Opposée à cette politique qu’elle juge « consumériste », la Fédération Française des Télécoms devrait très mal digérer cette annonce, tout comme la Ministre délégué à l’économie numérique, Fleur Pellerin. Cette dernière estimait que « la fin du Roaming en Europe serait un coup assez dur porté aux marges des opérateurs. Le gouvernement n’est pas tout à fait satisfait des propositions de la commission sur le marché unique des télécoms ».

Une vision des télécoms que ne partage pas Gérard De Graaf, responsable de la direction en charge des réseaux de communication à Bruxelles. Pour lui, « les opérateurs doivent pouvoir fournir un service numérique partout et les consommateurs doivent pouvoir profiter de ces services partout. La fragmentation du marché est un frein au développement de l’économie numérique. On a toujours 27 marchés nationaux. les opérateurs ne sont donc pas en mesure de profiter des économies d’échelle sur un marche de 500 millions de consommateurs. Il faudra toujours un régulateur national pour réguler la boucle locale de l’opérateur historique ».

Avec cette nouvelle donne, Free Mobile pourrait, une nouvelle fois, surprendre en proposant de l’illimité dans ses forfaits depuis de nombreuses destinations européennes.

Merci à Rafaël94