Pour l’AVICCA, l’autorisation par l’ARCEP du VSDL2 manque de cohérence

On vous l’annonçait ce vendredi, l’ARCEP a publié un avis autorisant la mise en place du VDSL2 sur une partie des lignes cuivres des lignes de l’opérateur historique.

Si cette augmentation en débit via le VDSL2 permettra à certains abonnés à moins de 2 km des NRA de profiter de débits avoisinants les 100 Mbits. Si cette annonce fait le bonheur de Free qui préconisait depuis de longs mois la mise en place d’une telle technologie, l’AVICCA (Association des Villes et Collectivités pour les Communications Electroniques et l’Audiovisuel) se montre très inquiète quant au manque de cohérence d’une telle décision :

Pour Yves Rome, président de l’AVICCA  : "Il serait aberrant de doublonner les investissements dans les zones qui vont passer à la fibre jusqu’à l’abonné. A court terme, cela diminue l’appétence à basculer sur le nouveau réseau. A moyen terme les performance du FTTH étant nettement meilleures, cela dévalorise les équipements spécifiques au VDSL. Il est à craindre que cet argument de raison ne soit pas entendu par les fournisseurs d’accès à internet, qui pourraient se lancer dans une course poursuite entre eux, sans considération pour les investissements de long terme."

Pour l’AVICCA et Yves Rome "Une cohérence d’ensemble est impérative, pour privilégier les investissements dans les technologies les plus pérennes"

L’AVICCA demande ainsi à Fleur Pellerin, ministre Déléguée à l’Economie Numérique " de réunir les acteurs, opérateurs et représentants des collectivités, afin d’élaborer des règles de bonne conduite. Plus largement ceci montre la nécessité de la mission sur le cuivre, afin d’éviter une concurrence destructrice entre la boucle locale historique et celle de l’avenir"