Six CNIL Européennes à l’assaut de Google.

Après l’information, la prévention, la réclamation, vient la sanction… Ayant analysé les politiques de confidentialité en 2012 puis laissé un délai de 4 mois au géant du web pour se mettre en conformité, Google est dans la ligne de mire de six CNIL Européennes.

Le 19 mars dernier les Commissions Nationales Informatiques et Libertés d’Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume Uni et Pays Pas avait émis un ultime ultimatum.

En l’absence de changement de la part du géant du web, ces 6 pays viennent d’entamer ce jour une procédure de contrôle et une procédure de coopération administrative internationale commune. Chacune peut également déterminer librement les sanctions qu’elle jugera approprié ou non pour "punir" Google. Si les contrôles et l’enquête semble un point de départ commun aux 6 CNIL, elles auront à terme la possibilité des prononcer amendes et interdiction de collecte des données personnelles. 

Viviane Reding, commissaire chargée de la justice et droits fondamentaux à salué cette action conjointe : "Il est bon de voir que ces autorités nationales de protection des données se réunissent pour faire appliquer les règles de protection des données de l’Europe." 

Le bras de fer est officiellement lancé, reste à savoir quelle structure est la plus forte et laquelle se dégonflera en premier. Le géant du Web aux crédits quasi illimités ou les institutions ultra-procédurières… 

Un dossier également entretenu par la Commission Européenne qui planche sur un texte de loi sur la protection de la vie numérique des internautes européens, un texte qui compose pas moins de 3133 amendements… Un texte sera également débattu en France en 2014…