“Habemus 1800 MHz”. Didier Casas secrétaire général de Bouygues répond aux critiques…

“Habemus 1800 MHz”. Didier Casas secrétaire général de Bouygues répond aux critiques…

Au lendemain de la décision de l’ ARCEP, Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Télécom, reçu vendredi dans Intégral Bourse sur BFM Business, revient sur la possibilité laissée à l’opérateur de "refarming" de ces fréquences 1800 MHz pour la 4G :


"C’est une très bonne nouvelle pour Bouygues. On est très heureux de cette décision. La réglementation nous donne un mois pour confirmer sa demande, donc on va prendre quelques jours pour regarder tout ça en détails."

Il y a dans ce feu vert plusieurs contreparties, Bouygues devrait notamment, restituer 10 % de ces fréquences utilisées pour la 2G, utilisation qui coûterait également deux fois plus cher que la bande des 800/2600 MHz :

"On peut imaginer que c’est Free mobile qui récupérerait ces fréquences."

 
Didier Casas revient également sur l’ensemble des critiques faites par les autres opérateurs sur cette décision. En janvier, Stéphane Roussel, PDG de SFR avait notamment estimé que l’ARCEP changeait les règles du jeu après les mises en enchères des fréquences 800 Mhz et 2600 Mhz.

Selon Didier Casas. "C’est l’argument du "si on avait su on aurait pas venu." Tout cela était posé bien avant que nous tous nous mettions l’argent sur la table pour les enchères. L’ensemble des opérateurs savaient qu’un "refarming" serait organisé après l’attribution des fréquences 800 et 2600. L’argument qui consiste à dire, si on avait su que des fréquences seraient réattribuées on aurait mis moins d’argent sur la table est erroné."

Ce n’est pas "un cadeau" fait à l’opérateur, le secrétaire général de Bouygues Télécom :


"C’est la deuxième contre-vérité que j’entends depuis quelque jours. Si c’est un cadeau, on a rarement vu un cadeau qui coûte aussi cher à la personne qui le reçoit !"

Le secrétaire général de Bouygues estime même que tous les opérateurs pourrait profiter du "refarming" 1800 MHz :

"La demande que nous nous avons faite, les autres opérateurs peuvent le faire également. Les motifs pour lesquels SFR et Orange ne peuvent pas utiliser les 1800 MHz pour faire de la 4G, résulte des choix des Opérateurs, par une stratégie industrielle, stratégie que je ne critique pas, que je me borne à constater. Ils ont choisi d’utiliser la bande des 1800 MHz pour faire autre chose. Aujourd’hui, ils en paient les conséquences, je peux entendre cela, mais franchement nous n’y sommes pour rien ! "
 

Source : BFM Business