ARCEP : “on est heureux d’avoir donné au consommateur 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat »

ARCEP : “on est heureux d’avoir donné au consommateur 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat »
 
Jean Ludovic Silicani était l’invité de BFM Business ce matin. Le Président de l’ARCEP y a défendu l’arrivée de Free Mobile, qui a fait baisser les tarifs alors que les opérateurs historiques bénéficiaient de marges très importantes. "Les opérateurs mobiles sont très solides. Ils ont des marges importantes. Il y avait dans le mobile un oligopole, un système de rente. Il y a 3 ans, les opérateurs avaient en moyenne des marges brutes d’exploitation de 34% à 35%. C’est un taux similaire à celui des opérateurs mobiles américains, mais très supérieur à la moyenne de l’économie". 
 
Mais "ces très forts bénéfices n’allaient pas au consommateur, mais un peu à l’investissement, et surtout aux dividendes", a déploré le gendarme des télécoms, invité de Good Morning Business. Résultat : "il y a 4 ans, nous avions des prix supérieurs à la moyenne européenne". Face à cette situation, "les pouvoirs publics -le gouvernement et le régulateur- ont estimé qu’il fallait revoir le partage de la valeur entre actionnaires, salariés et consommateurs". 
 
Le Président de l’ARCEP a repris les chiffres des différentes études qui estiment que l’arrivée de Free a généré un gain de 2 milliards de pouvoir d’achat. "On est assez heureux d’avoir donné au consommateur 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat en un an, dans une période de crise » s’est-il félicité, même s’il reconnait une perte de revenus de l’ordre de 10% pour les opérateurs historiques.
 
Jean Ludovic Silicani a par ailleurs démenti les arguments prétendant que le gain de pouvoir d’achat aurait surtout profité aux fabricants de téléphones, tous étrangers. "Le nombre de terminaux vendus a baissé, donc les importations aussi" a-t-il indiqué.