« SFR reste une incroyable machine à cash »

David Barroux, le rédacteur en chef de la rubrique High-tech des Echos a publié une analyse très intéressante sur la santé de SFR et qui est très éloignée des affirmations d’Arnaud Montebourg sur la responsabilité de Free. Il remet tout de suite les choses à leur place « Il ne faut pas confondre « aller moins bien » avec « aller carrément super mal » et de préciser que « SFR ne va pas mourir. Non seulement parce que le groupe peut se remettre en cause mais en plus parce que même malade, SFR reste une incroyable machine à cash. C’est un opérateur qui a perdu 800.000 abonnés depuis le début de l’année mais qui compte encore 21 millions de clients mobiles. C’est un opérateur dont le chiffre d’affaires va chuter de 1 milliard cette année mais qui dépassera encore les 11 milliards d’euros pour plus de 3 milliards de résultat »
 
Pour David Barroux, SFR aurait du se remettre en cause et revoir son modèle, même si Free Mobile n’était pas arrivé. « La période de très forte croissance est passée. On a besoin de moins de monde pour déployer les réseaux ou pour vendre en boutique. » explique-t-il. Le journaliste estime que SFR a un problème de positionnement marketing. Il n’a ni l’image d’un opérateur low cost comme Free, ni celle d’un opérateur haut de gamme comme Orange. « Aujourd’hui, on sent qu’il hésite entre les deux modèles et cela perturbe les consommateurs »