Selon le PDG de SFR, « avec la 4G, Free va arriver à ses limites techniques »

Selon le PDG de SFR, « avec la 4G, Free va arriver à ses limites techniques »

 
D’après Stéphane Roussel, le secteur des télécommunications a été « porté par une volonté consumériste, où le client est roi. Et nous y sommes arrivés, puisque les opérateurs français ont les tarifs les plus bas du monde »
 
Objectif Languedoc-Roussillon : Vous faites allusion à l’arrivée de Free en 2011 (janvier 2012 NDLR). Son éclosion s’est traduite par la migration de nombreux abonnés, au détriment des trois opérateurs historiques. SFR vient toutefois de regagner 40.000 abonnés. Comment analysez-vous cette séquence ?
 
Stéphane Roussel : Free a profité d’un triple phénomène. D’une part, il faut reconnaître la bonne qualité des campagnes marketing faites autour de leur marque. D’autre part, ils ont signé avec Orange un contrat d’itinérance avantageux, bien qu’un peu curieux, pour utiliser la 3G dans leur offre. Enfin, la dernière génération de smartphones n’est arrivée qu’en septembre 2012. Mais aujourd’hui, les portes se referment. Avec la 4G, Free va arriver à ses limites techniques. Ils ont longtemps prospéré sur le mythe que l’on pouvait proposer les mêmes services au tarifs les plus bas. Sur les grandes offres comme celles que nous développons sur la 4G, ce n’est plus vrai. Les abonnés revenus chez SFR prouvent qu’il y a des clients pour chaque chose, et donc des clients prêts à payer le juste prix pour des services de qualité.
 
Vous avez pris vos fonctions de PDG en juin 2012 alors qu’une certaine confusion régnait à la tête de SFR depuis plusieurs mois. D’où venait-elle ?
 
Comme je vous l’indiquais, le marché français est désorganisé. On ne peut pas investir de façon stable quand le régulateur fait entrer un quatrième opérateur dans ces conditions. Par conséquent, à l’heure où le marché s’accélère, il fallait nous donner les moyens d’affirmer notre identité. […] Free n’a qu’une présence sur le web. Orange a du mal à s’organiser au niveau qui est le nôtre sur la 4G.
 
SFR et Orange réaffirment leur identité
 
… en s’appuyant sur la puissance de cette technologie. Le déploiement du réseau 4G est un argument de poids face à Free. Les portes se referment donc autour de Free Mobile ? Pas si sûr. Le trublion a plus d’un tour dans son sac.
 
Quand bien même, Stéphane Richard (PDG de France Télécom-Orange), a précisé qu’aucune discussion avec Free n’avait été engagée sur un contrat d’itinérance 4G (comme c’est le cas avec la 2G/3G), Free disposera de la couverture 4G la plus importante, lorsqu’il la lancera (ses antennes sont compatibles 4G).
 
Mi-novembre, Il y avait 590 antennes 4G installées en France selon les données de l’ANF (Agence Nationale des Fréquences), et la course à la 4G ne fait que commencer !.
 
Retrouvez l’intégralité de l’interview sur La Tribune