Découvrez la lettre envoyée par les salariés et syndicats de Free à l’auteur du rapport parlementaire sur Free Mobile

Découvrez la lettre envoyée par les salariés et syndicats de Free à l’auteur du rapport parlementaire sur Free Mobile
 
Nous vous annoncions la semaine dernière que les salariés de Free commençaient à se mobiliser face aux attaques répétées dont fait l’objet leur entreprise. Univers Freebox a pu se procurer la lettre qui a été envoyée ce matin à Corinne Erhel (auteur du rapport parlementaire sur l’impact de Free Mobile) par les quatre principaux syndicats et les salariés de Free. Ceux-ci expriment leur incompréhension et leurs craintes, d’entendre des ministres et députés s’en prendre ainsi à leur employeur. Ils rappellent qu’ils sont eux-aussi des salariés, comme ceux que souhaite défendre le gouvernement, et qu’à ce titre ils devraient être entendus également. C’est ainsi qu’ils demandent audience à Corinne Erhel 
 
Univers Freebox vous propose de découvrir cette lettre dans son intégralité
 
Paris le 20 novembre 2012

A l’attention de Madame la Députée ERHEL.

Madame la Députée,
Nous sommes des citoyens et résidents français, salariés du Groupe Iliad/Free, pour certains représentants du personnel, travaillant durablement au développement de l’entreprise et de son secteur.
Nous sommes habitués à la condescendance qui entoure cette entreprise depuis l’origine, dubitatifs devant son amplification depuis janvier dernier et perplexes face à l’hypothèse que ceci trouve récemment des échos institutionnels.
Et nous sommes en recherche d’interlocuteurs pertinents dans ces institutions, pour lever les ambiguïtés que nous croyons percevoir et rassurer nos collègues, perturbés par cette nouvelle donne. C’est à cette fin que, entre autres, nous vous sollicitons, vous, élue de la nation :
Vous êtes une députée de la république dont la noble mission consiste, notamment, en la définition des règles de vie commune dans l’intérêt de la nation et en l’explication des objectifs des lois auprès des concitoyens ;
Vous êtes particulièrement impliquée dans les questions relatives à notre secteur d’activité, comme membre de la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire de l’Assemblée Nationale. Et vous êtes prescriptrice dans notre secteur d’activité.
Vous défendez d’une part, le déploiement homogène et équilibré, sur tout le territoire, des nouveaux réseaux de communications électroniques, pour faire bénéficier tous les citoyens et accompagner nos entreprises, et d’autre part le pouvoir d’achat de vos concitoyens dont vous êtes sensible aux conditions de vie ;
Enfin, vos analyses et préconisations nous semblent habituellement pertinentes, pondérées, équilibrées et mues par le souci du développement et de la liberté d’expression sur le net, comme ce fut, par exemple, le cas lors des discussions relatives à la loi HADOPI.
Mais, sauf erreur de compréhension de notre part, vos dernières sorties semblent ne pas être de la même veine. Et cela est d’autant plus fâcheux, a fortiori dans le contexte actuel, qu’il nous semble que ces positions relèvent d’une prise en compte incomplète de la situation.

Revenons un instant sur le contexte des douze derniers mois :
L’entreprise subit de la part des acteurs antérieurs du mobile des attaques infondées. Depuis le lancement de Free mobile, la polémique n’a jamais cessé. D’abord le processus d’attribution de la quatrième licence a été contesté. Des recours ont été introduits contre le montant de la redevance fixe due. Puis la mise en cause de la couverture du réseau Free mobile. Enfin, les contestations des décisions de l’ARCEP par les syndicats des trois opérateurs historiques. Toutes ces contestations et ces recours ont été systématiquement rejetés par le Conseil d’Etat, l’ARCEP, l’ANFR et la Commission Européenne, institutions dont l’indépendance est indiscutable.
Voir des membres éminents d’institutions de la république sembler rejoindre les caricaturistes de notre entreprise en fossoyeur du secteur des télécommunications et destructeur d’emplois se heurte frontalement à la perception que nous en vivons.
 
-Vous dites développement du secteur des télécommunications ? Nous avons la sensation d’être les acteurs majeurs de l’essor du triple play en France et un des principaux responsables de sa pénétration chez nos concitoyens, qui compte prés de 10 millions d’abonnés, avec des tarifs raisonnables et le développement des services ADSL.
 
-Vous dites craintes pour les investissements dans le secteur des télécommunications ? Notre entreprise est un des principaux constructeurs de réseaux de télécommunications en France, dans l’ADSL, la FTTH et le mobile. Notre modèle économique a notamment permis le dégroupage effectif de 5000 répartiteurs ADSL, et plus de trois milliards d’euros d’investissements depuis notre arrivée dans le secteur, dont plus de 700 millions d’euros dans la fibre optique,. 
En outre, l’affectation des bénéfices tirés de l’activité est largement plus orientée vers l’investissement Télécom que vers la distribution de divendes. Sur les trois dernières années (2009, 2010, 2011), le taux moyen de distribution des dividendes est de 94% chez Orange, 62% chez SFR, 78% chez BOUYGUES et seulement 8% chez Free. 
 
-Vous dites création d’emplois dans le secteur des télécommunications ? Notre entreprise a créé, et envisage de créer des emplois directs et indirects pour déployer, exploiter et maintenir ses infrastructures d’une part, et développer une relation client efficace avec ses abonnés. Deux nouveaux centres d’appels ont ouvert en France, représentant prés de 2000 recrutements.
 
-Vous dites absence d’analyse d’impact de l’introduction d’un nouvel acteur dans l’une des technologies de notre secteur d’activité ? Nous vivons une mise en place d’un réseau complexe, dans des conditions bien meilleures qu’elles ne l’ont jamais été pour d’autres dans le passé. Et avec des facilités de participation à la compétition strictement équivalentes à celles dont bénéficie la concurrence sur d’autres technologies de notre secteur d’activité.
 
Notre entreprise est tellement stigmatisée que ses salariés se sentent exclus de la défense de l’emploi et des investissements argués.
Mais qui est derrière ce nouvel opérateur, que vous appelez "le quatrième opérateur" ? Qui travaille jour et nuit pour améliorer la qualité du réseau ? 
Qui prend en charge les inévitables dysfonctionnements techniques signalés ? Qui répond aux questions de millions d’abonnés ? 
Ce sont des salariés, Madame la Députée, semblables à ceux que vous défendez. Ne méritent-ils pas respect et considération au même titre que les autres ?
Ces salariés, toujours plus motivés, sont néanmoins aujourd’hui inquiets suite aux dernières déclarations qui les concernent directement. Les institutions semblent se dresser contre eux, contre leur modèle économique, contre leurs efforts, leurs projets, leurs espoirs … Ils se sentent le bouc émissaire d’un désarroi social général et global.

Nous vous demandons, en dépit de vos multiples engagements, de nous accorder une audience, afin que nous puissions vous exposer de vive voix nos arguments et notre situation. Vous comprendrez ainsi notre position, le stress permanent engendré par une polémique qui paraît institutionnalisée.
 
Dans l’attente de votre réponse, recevez, Madame la Députée ERHEL, nos plus sincères salutations.

Délégués Syndicaux :
Pour la CFDT : Mr A.TARMOUL /Mr B.MBIANDJEU
Pour la CGT : Mr M. AMEDEGNATO
Pour SUD : Mr M.SALMI.
Pour la CFE-CGC : Mme. DUREUX