SFR attaque l’association Univers Freebox en justice

SFR attaque l’association Univers Freebox en justice
 
La société SFR (Société Française de Radiotéléphone) a porté plainte contre l’association Univers Freebox – Medi@dsl, en se constituant partie civile du chef de diffamation publique envers un particulier devant le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Paris. Sur commission rogatoire, les enquêteurs de la Brigade de Répression de la Délinquance contre la personne identifiaient M Vincent Barrier en qualité de directeur de la publication et M Olivier Viaggi comme auteur de l’article poursuivi.
 
Après convocation, le 24 mai, le juge d’instruction mettait en examen du chef de diffamation publique envers un particulier Vincent Barrier, le Président de l’association, et Olivier Viaggi, le Directeur du Concept Store Univers Freebox et rédacteur.
 
En cause un article publié par Univers Freebox, en octobre 2011, qui relatait les témoignages d’abonnés Free ayant été abusés par des commerciaux de SFR et qui s’intitulait : Des commerciaux de SFR vont plus loin que le dénigrement pour récupérer des abonnés Free.
 
L’association maintient bien sûr tous les éléments décrit dans l’article concerné. Ceux-ci reposent sur des témoignages reçus numériquement mais aussi des témoignages de personnes physiques s’étant rendues au Concept Store Univers Freebox de Nancy. Nous n’avions jusqu’à présent pas médiatisé l’affaire, mais Capital ayant rendu cette mise en examen publique, nous souhaitions vous expliquer la situation. Nous publions par ailleurs une des attestations sur l’honneur d’un abonné Free qui explique comment s’y est pris un commercial de SFR pour le faire quitter Free et rejoindre la Société Française de Radiotéléphone. 
 
 
SFR n’a jamais cherché à nous contacter pour retrouver le/les commerciaux responsables, mais affirme que tout est faux
 
Peu après la publication de l’article sus cité, Numérama a obtenu le démenti immédiat de SFR. « Interrogé sur la possibilité que les commerciaux de sous-traitants aient pu utiliser de telles méthodes pour atteindre leurs objectifs, l’opérateur écarte totalement cette hypothèse. Il affirme que les commerciaux encadrés par des prestataires externes suivent une charte imposée par SFR, qui interdit ce type de démarchage » rapportait Numérama.
 
Plutôt que de chercher à résoudre le problème, SFR préfère donc tout nier en bloc, sans même avoir enquêté en nous demandant des informations sur les témoignages que nous avions. Une situation unique puisque par deux fois, avec d’autres opérateurs autres que Free, et pour des situations non pas semblables mais du même ordre, nous étions contactés par ces opérateurs afin que ceux-ci obtiennent des éléments pour résoudre le problème. Il se passe évidemment la même chose lorsque nous rapportons un problème qui concerne Free. D’après notre expérience, SFR est donc le seul opérateur à préférer nier un problème et attaquer en justice plutôt que de tenter de le résoudre.
 
Ce n’est pas la première fois que des conseillers de SFR sont accusés de mentir pour retenir ou attirer des abonnés
 
La période à laquelle a été diffusé cet article était propice à plusieurs abus d’opérateurs qui n’hésitaient pas à mentir à leurs abonnés ou futurs abonnés. Concernant SFR, nous avions par exemple publié une vidéo, en janvier, montrant un conseiller SFR affirmant qu’il n’y avait aucun salarié chez Free Mobile et qu’il y avait des problèmes de réseau (s’il y en a actuellement, ce n’était pas le cas en janvier). Mais le web regorge d’autres exemples. Et ces procédés étaient tellement nombreux de la part des concurrents de Free, alors que ses offres mobiles allaient être lancées, que ce dernier avait lancé à cette époque un appel à témoins « Nous avons de nombreux retours sur le fait que la concurrence relaierait des propos tendancieux ou dénigrant concernant le réseau, l’offre Free Mobile et ce, à des fins de rétention de leurs clients mobiles », expliquait alors l’opérateur.
 
Free a également reçu des témoignages identiques à ceux publiés par Univers Freebox
 
En tant que principale communauté de Freenautes, Univers Freebox est l’association qui reçoit le plus grand nombre de témoignages de la part des abonnés à Free. Surtout, nous disposons d’un lieu physique pour les recueillir. Et pourtant nous ne sommes pas les seuls à avoir rassemblé ce genre de déclarations. Free a confirmé à nos confrères de PC Inpact, qu’il avait reçu des témoignages équivalents à ceux que nous vous rapportions dans l’article qui fait l’objet de la plainte « Free nous a annoncé avoir reçu de nombreuses histoires proches des scénarios décrits ci-dessous et dévoilés par Univers Freebox. » rapportait PC Inpact.
 
Une plainte pour quoi faire ?
 
Vous l’aurez certainement remarqué, chaque jour, sur le web, dans la presse ou au travers des associations de consommateurs, sont relatés des problèmes concernant les opérateurs télécoms et plus largement les entreprises. Parfois même, certaines de ces informations se révèlent fausses. Mais les cas où il y a une attaque en diffamation suite à des témoignages de clients sont bien rares. 
 
Mais Univers Freebox n’est pas juste un site d’information, c’est aussi la plus importante association de Freenautes. Et s’attaquer à nous, c’est aussi porter un coup à la communauté d’abonnés à Free. Nous en avions déjà fait l’expérience avec Orange qui nous avait également attaqué en diffamation pour les propos de Xavier Niel tenus dans une vidéo, alors que nous ne faisions que diffuser celle-ci. Alors que de nombreux sites et titres de presse avaient repris ces propos, Univers Freebox avait été le seul à être attaqué en justice. L’affaire se termina finalement à l’amiable.
 
Bien sûr, les informations publiées dans l’article concerné sont justes et nous pouvons facilement le prouver. Mais le simple fait de nous attaquer en justice nous pénalise fortement. Outre le temps que nous devons consacrer à cette affaire au lieu d’oeuvrer pour l’association et aider les Freenautes, cela occasionne des frais importants. Frais de transport pour se rendre aux convocations, frais d’avocat (que nous n’avons pas encore), tout cela est à notre charge avant le procès, alors que nous avons déjà un budget tout juste à l’équilibre (et c’est bien par ce que l’association a des moyens limités que l’on vérifie d’autant plus nos informations pour ne pas subir de procès en diffamation). SFR le sait bien en s’attaquant à une association d’abonnés. Le plus important semble donc de nous faire payer le fait d’avoir rendu public certaines dérives de ses commerciaux envers des Freenautes. Peu importe qui gagnera le procès, le simple fait de nous y emmener nuira gravement à Univers Freebox, dans l’attente qu’il se tienne dans quelques mois. Pas sûr cependant que cette action améliore l’image de SFR…
 
Précisons enfin quand nous sommes pleinement dans notre rôle d’association quand il s’agit de dénoncer les abus dont sont victimes les Freenautes, ce qui était le cas ici. Le résultat a été radical puisqu’après avoir dévoilé ces agissements qui duraient depuis plusieurs jours/semaines, ils ont brutalement cessés (tous les retours que nous avons eu par la suite dataient d’avant la publication de l’article).