Hotline : “L’assistance téléphonique restera gratuite”

Hotline : “L’assistance téléphonique restera gratuite”


Face à la rumeur sur l’éventuel retour des hotlines payante pour le service après vente dans la téléphonie mobile, Fleur Pellerin a tenu a réagir à la polémique et a précisé que celles-ci resteront gratuite : "les acquis des consommateurs seront préservés".

 
Dans le contexte où SFR et Bouygues annoncent un plan de licenciement volontaire, le retour de la hotline payante pourrait permettre de garder les emplois en France.
Pour ce faire, Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif a émis l’idée la semaine dernière que l’on pourrait préserver les emplois du secteur de la téléphonie en France si les consommateurs étaient prêts à mettre la main à la poche. "Pour 10.000 emplois relocalisés sur le territoire, ça coûterait en moyenne par forfait et par mois une vingtaine de centimes de plus pour les consommateurs. Donc est-ce que les consommateurs sont prêts à accepter une légère hausse de prix en contrepartie de la relocalisation d’emplois qui sont en train d’être détruits ? Cette question mérite d’être posée au plan national" a t-il expliqué sur France Inter.

 
Ainsi, le gouvernement pourrait mettre à contribution le consommateur pour garantir l’emploi dans le secteur mais sans revenir sur les acquis : l’exercice semble compliqué. Ainsi, Fleur Pellerin revient sur l’intervention de Luc Chatel dans les colonnes de Le Parisien qui a estimé que "Les socialistes défendent les intérêts des grands opérateurs… face aux consommateurs". Fleur Pellerin a précisé qu’une remise à plat de la loi Chatel n’est pas à l’ordre du jour.
 
En revanche, la ministre s’intéresse vivement au système de subventionnement du mobile et souhaite plus de transparence. Elle a lancé une concertation sur ce thème avec l’ensemble des acteurs, opérateurs et consommateurs et fera des propositions à l’issue de celle-ci. Elle a également estimé que les difficultés des opérateurs ne sont pas exclusivement liées à l’arrivée de Free.

 

Source : Aujourd’hui en France