Moins d’emplois, moins de boutiques, moins d’investissements : La réponse de SFR à Free Mobile

Moins d’emplois, moins de boutiques, moins d’investissements : La réponse de SFR à Free Mobile
 
Le gros de la vague Free Mobile serait maintenant derrière, affirment les opérateurs historiques, qui indiquent également qu’ils recommencent à recruter des abonnés mobiles depuis le deuxième trimestre. 
 
Mais malgré cet optimiste affiché, le JDD rapporte que l’ampleur du plan d’économies chez SFR serait encore plus importante que prévue. Ce programme sera dévoilé aux salariés le 3 juillet, mais les syndicats annoncent déjà une coupe d’environ 1 000 emplois, voire 1 200. Ce plan de départs volontaires (qui devrait être généreux selon les syndicats) ne débutera qu’à l’automne, après les élections des représentants du personnel. Il touchera les services commerciaux mais également le réseau de distribution. Ainsi, entre 30 et 40 boutiques fermeront chaque année d’ici quatre ans. Par ailleurs, toujours selon les informations du JDD, si les centres d’appels internalisés ne seront pas touchés, SFR a demandé à ses sous-traitants, comme Teleperformance, une baisse des coûts de 10% à 25%, ce qui pourrait inciter ces derniers à délocaliser et laisser sur le carreau de 1 000 à 2 000 emplois.
 
Mais ce plan d’économies de 1 milliard prévoit également une diminution des investissements dans les réseaux de 200 millions d’euros (soit 13%). L’opérateur devrait aussi diminuer ses dépenses de conquête de clients, comme les subventions de téléphone.
 
D’autres solutions permettant de faire des économies existent, comme la mutualisation des réseaux ou la baisse des dividendes, mais elles ne semblent pas prioritaires. D’ailleurs, comme le rappelait Xavier Niel dans Les Echos « Le président du Conseil de surveillance de Vivendi a affirmé que sa filiale SFR resterait très largement bénéficiaire en 2012 ».
 
Le plus déroutant dans ces annonces, qui ne sont pour le moment pas toutes confirmées, est que l’opérateur ne compte pas baisser ses tarifs avec les économies réalisées. « Si Free fait un carton avec ses offres low cost, SFR veut garder son image haut de gamme. Ses équipes privilégient les forfaits duit « premium », explique le JDD. Elles estiment que plus de la moitié des clients français sont prêts à dépenser plus pour un service de qualité. Ces abonnés pèsent surtout bien plus que ceux de Free en chiffre d’affaire »
 
SFR souhaite donc proposer un service de qualité, en taillant dans le service client et l’investissement réseau. Une équation qui semble pour le moins difficile à tenir.