La bataille concurrentielle contre Free se joue aussi sur le fixe

La bataille concurrentielle contre Free se joue aussi sur le fixe

La bataille concurrentielle contre Free ne se fait pas uniquement sur le terrain du mobile, elle gagne désormais le fixe.

 
Plus de dix ans après l’arrivée de Free sur le marché de l’ADSL, les opérateurs tentent toujours de contrer l’ancien trublion. Certes, la hausse de la TVA sur les services télévisuels a provoqué un dépassement de la barre tarifaire des 30 euros mais Free convint encore avec sa Freebox Révolution, chagrine le marché des TV connectées et surtout ses concurrents directs de la triple play.

 
Pour preuve, les derniers chiffres annuels d’Iliad illustrent la percée de la Freebox Révolution, SFR reconnait son échec avec sa Neufbox et Orange n’a toujours pas renouvelé son modem. Dans ce contexte, les initiatives fleurissent pour contrer l’agitateur des télécommunications françaises. Depuis hier, SFR brade ses box histoire de faire 5000 abonnés de plus à grand renfort publicitaire ! Ainsi, la marque au carré rouge espère gagner de nouveaux entrants ou au mieux, séduire les freenautes par le levier prix histoire d’affaiblir la branche mobile de Free.

 

En effet, si l’on part du principe que Free s’appuie sur ses marges dans le fixe pour construire son réseau mobile, ses concurrents ont tout intérêt à affaiblir sa base d’abonnés dans le fixe.
Dernièrement, l’Avicca a expliqué que les investissements d’Iliad, Free dans la fibre optique ont diminué de 19% l’an passé puisque toute l’attention des opérateurs est focalisée dans le mobile. Lors de la conférence de presse organisée le 8 mars dernier, Free Mobile a indiqué qu’il voulait intensifier son réseau rapidement avec l’objectif de disposer 2500 antennes actives fin 2012 (contre 1000 environ aujourd’hui).

 
Mais les initiatives de la concurrence vont-elles pour autant arriver à leur fin ? Concernant la vente flash de SFR, on peut considérer que l’attaque est plutôt timide. L’abonnement proposé à 9,90€ pour une box d’ancienne génération doit être couplée à un forfait mobile (Multi-pack) sans compter qu’il faut ajouter un billet de 5 euros de plus par mois pour bénéficier des appels illimités fixes vers mobiles. Au regard de la précédente braderie de Free sur vente privée à 1,99 euros par mois pour une V5, l’agressivité est plutôt la marque de fabrique de Free ! Au final, la manœuvre du nouveau capitaine de SFR s’apparente plus à la douceur qui tente d’amortir la baisse de ses profits consécutive à l’arrivée de Free dans le mobile.

 
Les ventes flash ne devraient donc pas faire plier le marché. En revanche, Bouygues Télecom est plus audacieux notamment avec ses « séries limitées ». Il faut dire qu’il a peu à perdre à casser ses prix compte tenu du fait que sa base d’abonnés dans le fixe n’est que de 1,2 million de clients. Sa Bbox fibre est en promotion à 32 euros par mois (un rabais de 8 euros) et permet de bénéficier de tarifs au look avantageux pour le mobile. Bouygues Télécom choisit donc la stratégie du quadruple play pour répondre a Free : pour une enveloppe budgétaire mensuelle de 62 euros avec les appels illimités fixe vers mobiles.

 
Chez Orange, on pratique la même cuisine. L’opérateur historique a dévoilé à la mi-janvier « des séries limités » sur le mobile et abaissé de 30% ses tarifs les plus coûteux pour ses forfaits quadruple play. A noter que les rabais sont proposés le plus souvent au moment où le client fait le souhait de partir. Pour preuve la cellule de rétention d’Orange fonctionne a plein régime. Les abonnés de longue date sont appelés, pour proposer en dernier recours un basculement chez Sosh si ceux-ci ne sont pas séduits par le discours. Même les boutiques s’y mettent quand vous bénéficiez d’un grand nombre de points.

 
Reste à savoir si la stratégie du quadruple play sera payante.

Source : Les Echos