Rue89 démonte les arguments de Stéphane Richard contre Free Mobile

Rue89 démonte les arguments de Stéphane Richard contre Free Mobile
Suite à l’audition de Stéphane Richard devant les députés, Rue89 s’est amusée à reprendre les arguments du patron d’Orange contre Free Mobile et à vérifier leur véracité. Si les contrevérités peuvent être pointées dans la plupart des discours des dirigeants d’entreprises, Stéphane Richard en propose, lui, un florilège. Quelques exemples :
 
« Stéphane Richard affirme que « il n’est pas juste de dire que le mobile est cher en France » citant une enquête du régulateur anglais Ofcom qui place la France parmi les moins chers d’Europe.

Certes, mais cette enquête ne porte pas uniquement sur les mobiles mais sur un panier global moyen qui inclut téléphonie fixe, mobile, télé payante et internet. Il s’est, par contre, abstenu d’évoquer les conclusions de Bruxelles ou de l’OCDE bien moins favorables sur ce sujet. »
 
« Il s’est aussi défendu sur ses marges, qui seraient très élevées d’après Free, en précisant qu’elles sont de l’ordre de « 35% ». C’est effectivement ce qui apparaît dans les communiqués de FTO mais pour l’ensemble des activités sur 35 pays. Bien difficile donc de connaître la marge réelle sur l’activité mobile seule et en France uniquement.
Toujours est-il que si c’était le cas, alors il faudrait expliquer comment le forfait Sosh illimité a pu passer de 39,90 à 24,90 euros (-38%) en janvier, vu que la vente à perte est interdite… »

« Il a ensuite attaqué le forfait 2 euros de Free (à 46’30 sur la vidéo), en affirmant avec force et conviction : « Personne ne peut satisfaire ses besoins de communication avec 1 heure par mois et 60 SMS par mois ! » quand « on sait que l’usage moyen c’est 400 à 500 SMS par mois » et donc l’offre de Free « ne correspond pas aux usages… pas de la grande majorité mais de la totalité de nos concitoyens ! Quelle que soit leur catégorie sociale ».
Mais là encore il y a une contradiction flagrante : si cette offre ne correspond en rien aux usages, pourquoi a-t-il lui-même proposé et négocié un forfait social avec le gouvernement qui comprend justement 40mn d’appel et 40 sms par mois pour 10€ ?
Et il y a aussi une « contrevérité » dans cette affirmation : le tableau de bord de l’Arcep nous apprend que pour 2011, le trafic moyen par client actif est de l’ordre de 185 SMS par mois, et non pas « 400 à 500 » 

« Ou que « 2,85 centimes [tarif demandé par Free aux autres opérateurs pour un SMS, ndla] c’est un prix inadmissible et injustifié » Alors que FTO le revend au particulier à 10 centimes quand Free le revend 1 centime. »

« Et encore parler de Sosh en mettant en avant les « 1 200 boutiques » quand il s’agit d’une offre uniquement accessible sur Internet… »