Terminaison d’appel des SMS : le tarif demandé par Free Mobile est jugé inacceptable

Terminaison d’appel des SMS :  le tarif demandé par Free Mobile est jugé inacceptable


Accusé par SFR d’avoir signé un contrat d’itinérance trop avantageux avec Free Mobile, Pierre Louette, le secrétaire général d’Orange, a répliqué au quotidien Les Echos que ce contrat n’était pas le nerf de la guerre. Selon lui, le plus important, « c’est la façon dont Free négociera le prix de ses SMS auprès de l’ensemble des opérateurs ».

 
Au-delà du chambardement opéré par Free Mobile sur la concurrence et la portabilité du numéro, les trois opérateurs historiques s’opposent à Free Mobile sur le coût d’acheminement du SMS. Comme pour la terminaison d’appel il s’agit du montant versé à la concurrence quand on emprunte le réseau de ce dernier.

 
Nouvel entrant, Free bénéficie d’une terminaison pour les appels vocaux de 2,4 centimes par minute pour le premier semestre 2012, puis de 1,6 centime jusqu’à fin 2012, contre 1,5 puis 1 centime d’euro pour les trois opérateurs historiques. Sur la voix, les choses semblent acquises. En revanche les tarifs envisagés sur la partie des SMS irritent les 3 opérateurs mobiles historiques. « Fin décembre 2011, Free a demandé à chacun des trois opérateurs 2,85 centimes par texto acheminé sur son réseau pour les six premiers mois de 2012, puis 2,35 centimes pour le second semestre. Soit un différentiel de 1,35 centime par SMS tout au long de 2012 » explique Le Monde.

 
En tenant compte de ces tarifs, un concurrent s’offusque : « Prenez un jeune qui envoie 500 SMS par mois sur le réseau de Free, cela fait 1,35 centime multiplié par 500, soit 6,75 euros par mois qu’on verse à Iliad par forfait ! ».
Pour Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom. La situation est inacceptable : « Avec ce différentiel, Iliad nous demande de payer pour les SMS de ses clients. Cela lui permet d’offrir des forfaits très peu chers (19,99 euros pour de l’illimité, voix, SMS, mais sans le téléphone). C’est totalement inacceptable. Il nous prend pour des pigeons ».

Pour Maxime Lombardini, les tarifs asymétriques se justifient puisque Free Mobile est un nouvel entrant ce qui implique un coût plus important du texto du fait de la construction du réseau : « Nous avons été très raisonnables. Nos concurrents critiquent nos exigences, mais nous demandons une terminaisond’appel SMS inférieure à celle dont ils bénéficiaient encore il y a quelques mois. Entre 2006 et fin septembre 2010, Bouygues Telecom était à 3,5 centimes d’euro par SMS (contre 3 centimes pour Orange et SFR) »