Eric Besson s’en prend une nouvelle fois à Free Mobile en demandant une verification de son réseau

Eric Besson s’en prend une nouvelle fois à Free Mobile en demandant une verification de son réseau
 
 
Alors que l’ARCEP a répondu aujourd’hui aux accusations sur le réseau de Free Mobile, Le Figaro publie une lettre du Ministre de l’économie Numérique datée d’hier. Dans celle-ci, Eric Besson demande au Président de l’ARCEP une vérification du réseau de Free Mobile, en s’appuyant sur ce qui ne sont, pour le moment, que des rumeurs lancées par ses concurrents.
 
«Suite au lancement des offres de Free Mobile, et à la souscription de premiers abonnements, de nombreuses interrogations sont apparues quant à la réalité du respect par l’opérateur de ses obligations de couverture et de la disponibilité de ses services», écrit le ministre dans la lettre.
«Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me confirmer le respect par l’opérateur Free Mobile de ses obligations en matière de couverture de la population et de la disponibilité du service résultant de son autorisation et permettant à cet opérateur de bénéficier d’un droit d’itinérance sur le réseau d’un opérateur mobile tiers afin de compléter sa couverture du territoire national», poursuit le ministre.
«En décidant de l’entrée d’un quatrième opérateur de réseau sur le marché français de la téléphonie mobile, l’objectif du gouvernement était d’introduire une concurrence effective et pérenne au service du consommateur. L’une des conditions de cette concurrence effective et pérenne est que le réseau de cet opérateur soit déployé et opérationnel, conformément à la décision d’attribution de cette quatrième licence».
 
Ce n’est pas la première fois qu’Eric Besson s’en prend à Free Mobile puisque lors de ses vœux devant l’ARCEP, il avait déjà apostrophé Xavier Niel en public pour lui reprocher de ne pas avoir assez mis en avant le gouvernement.
 
Cette intervention est par ailleurs étonnante puisque le gouvernement n’était jamais intervenu en ce qui concerne les obligations de déploiement 3G alors même qu’Orange, SFR et Bouygues Télécom ont été mis en demeure plusieurs fois par l’ARCEP pour ne pas avoir respecté leurs obligations de déploiement.